Posted on

Interview with Nelio

Nelio artist Lyon rue du paradis performance art geometry IMG_1770 copyNelio paints at rue du Paradis in Paris’ 10th arrondissment

Does your artistic production look more at the process or at the result?

I have three ways in which I produce, artwork based on a reflection, made as an exercise, and made as an experiment. When my work is based on a reflection, it tends to be the case that I’m aiming at transmitting certain messages in my paintings, whether in relation with observations of the world around me, or by introspective, philosophical or political reflections. But in the manner of a graphic designer when creating a logo, I will condense all the basic ideas, so that they are conveyed just in the form or the colour. It becomes less obvious, more intricate, and gives room for different interpretations. The message can be the starting point to create but is not necessarily the purpose of the work.

Artwork made as an exercise, is where the starting point of my paintings is an exercise. It can be the representation of my current research, a stage in my artistic construction, whether in composition, colour, shape, matter, light, volume. In this way, sometimes my painting speaks exclusively about painting.

Nelio artist mural street art graffiti rue du paradis IMG_1880Nelio artist graffiti rue de la fontaine au roi IMG_1945 Spontaneous painting at rue de la Fontaine au Roi in Paris 20th arrondissment

Artwork made as an experiment, is a third method of creation that is established when I try simply to transcribe feelings and emotions, without narration or hidden messages, when I want to reach pure abstraction. Working in this way, sometimes I surprise myself with my creations, this happens particularly when I do sessions of automatic drawings, that is, to draw as quickly as possible, and make a lot of drawings without stepping back. I imagine that the unconscious takes a larger part in this type of work.

At the end all these creative processes there is a mixture, and an overall common thread in my works is established, which brings out a sense of uncertainty in the viewer, who no longer knows exactly what to think or feel. “What is the message in this painting? Is there a message in it? What does it represent? Is it figurative? Abstract? Is there something written? Is it just decorative painting? An exercise? Is it the result of a elaborated sketch or an improvisation?,” and so on. Even if the starting point, the process or the purpose may sometimes be obvious, I try to make each painting allow this kind of questioning.

Nelio architecture rue de la fontaine au roi IMG_1959 Architecture compliments Nelio’s geometric style at Rue de la Fontaine au Roi, 11th arrondissement

What is your relationship with graphic design? And architecture?

I discovered the graffiti when I was thirteen or fourteen years old. The pleasure of creating letters led me to become interested in graphic design, which I studied formally for a while. What I liked most was to create logos, and experiment with screen-printing. I think my graffiti evolved when I began to incorporate this influence and started to paint symbolic forms with areas of flat colour, as is often the case in screen-printing.

El Lissitzky, A Proun suprematism copyright 1925 A “Proun” work by Russian suprematist artist, El Lissitzky. Ink and watercolour collage, untitled1 (1925)

About four years ago, I stopped doing professional graphic design and began to devote all my time to personal creativity. Being self-taught I have serious gaps in the history of art, but I would say that my aesthetic is quite close to Constructivism and Suprematism. For a long time I painted a bit like I was playing with Lego or a building set, trying to create new compositions with limited elements, a square, a circle, a triangle. Now, I’m experimenting more by making work which is freer, more random. This desire stems from my interest in abandoned places, and the architecture of these places. By making art in such a space, adding colour, form, a narrative develops, the space becomes a place. The kinds of spaces I prefer to work in are where you can find straight walls with crumbling parts. I find this kind of situation the most symbolic and an interesting contrast to the geometry of my designs.

I like to experiment with different techniques, because I think it feeds and develops my creations. Sometimes I’ll produce a very small drawing on paper with a fineliner, which will be completely different from a painting in an abandoned space, for example. This focus on meticulous detail, will have a more intimate and precious aspect, while the fresco will work at being viewed from a distance because it’s inseparable from it’s surroundings, and will degrade over time. Both are interesting and I like playing with the codes of each. This is what also drives me to paint both on very small formats and large facades, painting and using other media, especially screen-printing, engraving, and woodcarving.

Nelio artist paint wall graffiti rue du paradis 10 arrondissement IMG_1805 DIY attitude to production lies at the heart of the graffiti-street art culture

How do you choose your “canvases”?

I prefer to paint in abandoned places. In the city, I’m not inspired to paint a wall when there’s advertising around it. I also don’t look for the most visible or the biggest, rather, the most charming. I’m not a fan of blank, sterile walls, I work best when the wall has a history and is starting to fall apart, creating an interesting contrast with my clean geometric shapes. When there are inspiring surroundings, such as, architecture, atmosphere of the place, colours, and so on, this all adds to the narrative. My way of working is the street work is always site-specific.

Nelio architecture perfromance graffiti rue du paradis ICF habitation IMG_1831 Nelio’s physical style of producing this large-scale site-specific work at Rue du Paradis in the 10th arrondissement doubles as street performance

—-

Learn more about Nelio, here.

Posted on

Interview avec Nelio

Nelio artist Lyon rue du paradis performance art geometry IMG_1770 copy Nelio peint rue du Paradis dans le 10e arrondissement de Paris

Est-ce que ta production artistique est plus basée sur le processus ou le résultat?

J’ai trois manières de produire mes oeuvres: soit elles se basent sur une réflexion, soit elles sont réalisées comme un exercice ou une expérimentation. Quand mon travail est basé sur une réflexion, je transmet certains messages dans mes peintures, que ce soit en relation avec les observations du monde qui m’entoure, ou par des réflexions introspectives, philosophiques ou politiques. Mais à la manière d’un graphiste lorsqu’il créé un logo, je vais condenser toutes les idées de base, de sorte à ce qu’elles se transmettent parfois seulement par une forme ou une couleur. Cela devient moins évident, plus complexe, et donne lieu à des interprétations différentes. Ainsi, le message peut être le point de départ de création mais pas forcément l’objectif final de l’oeuvre.

A d’autres moments, le point de départ de mes peintures est un exercice. Celles-ci peuvent donc être une représentation de mes recherches actuelles, une étape dans ma construction artistique, que ce soit dans la composition, la couleur, la forme, la matière, la lumière, le volume,… De cette façon, mes peintures parlent parfois exclusivement de peinture.

Nelio artist mural street art graffiti rue du paradis IMG_1880 Nelio street art graffiti rue de la fontaine au roi11 arrondissementPeinture spontanée rue de la Fontaine au Roi, dans le le 20e arrondissement de Paris

Une troisième méthode de création, plus expérimentale, est établie lorsque je tente de transcrire simplement des sentiments ou des émotions, sans narration ou message caché, lorsque je veux atteindre une totale abstraction. En travaillant de cette manière, je me surprend parfois avec mes propres créations, cela se produit notamment quand je fais des séances de dessins automatiques, c’est à dire dessiner aussi vite que possible sans prendre de recul. Je suppose que l’inconscient prend une part plus importante dans ce type de travail.

Au final, tous ces processus de création se mélangent, afin de créer un fil conducteur général dans mes travaux, mais aussi pour faire ressortir un sentiment d’incertitude chez le spectateur, qui ne sais plus exactement que penser ou ressentir. “Quel est le message dans cette peinture? Y a t’il un message en elle? Qu’est-ce que ça représente? Est-ce figuratif? Abstrait? Y a t’il quelque chose d’écrit? Est-ce juste une peinture décorative? Un exercice? Est-ce le résultat d’un croquis élaboré ou une improvisation?,” et ainsi de suite. Même si le point de départ, le processus ou l’objectif sont parfois évident, je tente de faire en sorte que chaque peinture permettent ce genre de questionnement.

Nelio architecture rue de la fontaine au roi IMG_1959 L’architecture complète le style géométrique de Nelio, rue du Paradis dans le 10e arrondissement de Paris

Quelle est ta relation avec le graphisme? Et l’architecture?

J’ai découvert le graffiti quand j’avais treize ans. Le plaisir de créer des lettres m’a conduit à m’intéresser au graphisme, que j’ai étudié un peu plus tard. Ce que je préférais était la création de logo, et les rendus de la sérigraphie. Je pense que mes graffitis ont évolué quand j’ai incorporé ces influences et commencé à peindre des formes symboliques avec des aplats de couleurs, comme c’est souvent le cas en sérigraphie.

El Lissitzky, A Proun suprematism copyright 1925 Une oeuvre “Proun” de l’artiste suprématiste russe El Lissitzky. Collage, encre et aquarelle, sans-titre (1925)

En 2011, j’ai arrêté de faire du graphisme pour me consacrer pleinement à mes créations personnelles. Etant autodidacte, j’ai beaucoup de lacunes en histoire de l’art, mais je pense que mon esthétique est assez proche du Constructivisme et du Suprématisme. Pendant longtemps, je peignais comme si je jouais avec des Lego ou un jeu de construction, en essayant de créer de nouvelles compositions avec des éléments limités, tels que des carrés, cercles ou triangles. Maintenant, j’expérimente progressivement avec des formes qui sont un peu plus libres, plus aléatoires.

Ce désir provient de mon intérêt pour les lieux abandonnés, et de leur architecture en partie détruite. Le genre d’endroit où je suis le plus inspiré pour créer est lorsqu’il y a des murs rectilignes avec des parties qui s’effondrent. Je trouve la symbolique et le contraste très intéressants. En interagissant avec les éléments existants, y ajoutant mes formes et couleurs, un récit se développe et l’espace devient un peu plus spécial.

J’aime expérimenter différentes techniques car je trouve que ça nourrit et fait évoluer mes créations. Lorsque je dessine avec un stylo très fin sur du papier, cela sera complètement différent d’une peinture dans un lieu abandonné par exemple. L’un, axé sur la méticulosité, aura un aspect plus intime et précieux, tandis que la fresque s’appréciera davantage avec un certain recul, car elle est indissociable de l’ambiance qui l’entoure, et subira plus rapidement les effets du temps. Les deux sont intéressants et j’aime jouer avec leurs  codes. C’est ce qui me pousse aussi à peindre à la fois sur de très petits formats et des grandes façades, sur toile et autres supports, faire de la sérigraphie, de la gravure, des sculptures en bois.

Nelio artist paint wall graffiti rue du paradis 10 arrondissement IMG_1805Une attitude de production “Do It Yourself” réside au coeur de la culture graffiti – street art

Comment tu choisis tes “canvas”?

Je préfère peindre dans les lieux abandonnés. En ville, je ne suis pas inspiré pour peindre un mur lorsqu’il y a de la publicité autour. Et je ne cherche pas le plus visible ou le plus grand mais plutôt le plus charmant. Quand il y a un environnement intéressant, tel que l’architecture, l’atmosphère de l’endroit, les couleurs, etc. Je ne suis pas fan des murs sans expression, je travaille mieux quand le mur a une histoire et commence à s’effriter, j’aime y créer un contraste fort avec mes formes géométriques aux aplats propres. Ma façon de travailler dans la rue est toujours en relation avec le lieu.

Nelio architecture perfromance graffiti rue du paradis ICF habitation IMG_1831 La gestuelle de Nelio pour peindre cette oeuvre à grande échelle adaptée à l’espace environnant, rue du Paradis dans le 10e arrondissement de Paris, devient une performance

—-

Apprenez-en plus sur Nelio, ici.