HOPNN – « Je veux faire du vélo ! » – un street artiste italien à Paris

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris DSC_0384

Lorsqu’ils se promènent en ville, très peu de gens prêtent une réelle attention à ce qui est accroché aux murs. Il s’agit probablement de « l’effet publicitaire » : nous sommes surchargés de visuels partout où nous marchons. Cependant, lorsque ce qui est affiché sur le mur est de la propagande anti-automobile, comme un homme mangeant une voiture rouge à lèvres, on est obligé d’y prêter attention.

Les œuvres d’art de rue de Yuri (alias HOPNN – Yuri écrit en cyrillique), un artiste italien récemment installé à Paris, sont composées de personnages oniriques peints en blanc et rouge, mettant en vedette les vélos comme élément « sacré » principal.

HOPNN a eu l’idée de se concentrer sur le vélo alors qu’il vivait à Rome – si vous y êtes déjà allé, vous saurez que c’est une ville saturée de trafic.

La journaliste d’Underground Paris, Ludovica Giulianini, a rencontré HOPNN ce week-end alors qu’il peignait un mur rue Denoyez à Paris (75020), et revient sur ses propos comme suit (après la photo de son vélo et de ses pinceaux !) :

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris DSC_0358

« Grandir dans un petit village n’est pas très facile, dit Yuri, il n’y a pas grand-chose à faire. Le graffiti était l’une des rares choses que les enfants aimaient, et c’est comme ça que j’ai commencé – quand j’avais quinze ans. Passer du graffiti au street art a été pour moi une transition très naturelle, aidée par mes études à l’Académie des Beaux-Arts de Rome.

« Quand j’habitais dans ma ville natale, Chiaravalle (centre-est de l’Italie), j’utilisais toujours mon vélo pour me déplacer. Quand je suis arrivé à Rome, j’ai compris que faire du vélo aurait été un défi, voire un sport extrême. J’ai adoré participer aux événements de masse critique à Rome ; J’aime le fait que lors de ces événements, ce sont les vélos, et non les voitures, qui génèrent la circulation. »

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris DSC_0378

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris DSC_0364Photo : Ludovica Giulianini droit d’auteur 2013

Yuri me dit que peindre des vélos est devenu pour lui une sorte de message politique, même s’il dit, désormais, « le vélo est devenu plus une abstraction dans mes pensées : j’utilise les vélos pour parler d’autres choses, pas seulement pour faire passer le message. de faire davantage de vélo. Même si un jour, alors que je peignais, un inconnu s’est approché de moi, car il a reconnu mon travail et m’a dit qu’il avait commencé à faire davantage de vélo après avoir vu mes affiches dans la ville. Entendre cela a été une grande joie et une victoire personnelle ».

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris papa2web

À Paris, a-t-il déclaré, les gens accordent plus d’attention aux piétons et aux motards qu’à Rome. Il adore peindre à Paris, il y a des murs légaux sur lesquels il peut passer du temps et cela ne dérange pas les gens si vous collez des affiches. Le seul problème, dit-il, c’est qu’à Paris le recyclage des œuvres dans les rues est très intense et il est très facile de se faire dissimuler par d’autres. Mais cela fait partie du plaisir, tant qu’il peut continuer à peindre.

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris DSC_0365

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris dscn5407 copy.jpg

Si vous êtes à Paris et que vous souhaitez rencontrer Yuri, vous pouvez suivre des cours d’art à l’Académie des Beaux-Arts, où il travaille à temps partiel comme mannequin (c’est le type nu et statique au milieu de la pièce, au cas où vous vous demandez).

À l’avenir, Yuri dit qu’il adorerait inventer une voiture à pédales (je suppose, comme dans Les Pierrafeu !).

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris p1110091 photo hopnn.com copy

HOPNN artist 2013-04 blog by Ludovica Giuliani for Underground Paris p1110107 photo hopnn.com

———–

Visitez le site Web de HOPNN, ici.

———–

Bien entendu, notre rédactrice en chef, Fernanda Hinke, s’intéresse également au vélo à Paris, mais davantage à titre journalistique. Vous pouvez lire son parcours de découverte sur son blog, My Life on My Bike, ici.

Marqué avec : bike art, masse critique, hopnn, street artiste italien, ma vie sur mon vélo, collages, rue denoyez, Street Art Paris

[Ludovica Giulianini le 23 avril 2013]

Retour en haut