Posted on

Interview with C215 aka Christian Guemy

C215 Paris Vitry-sur-Seine Street Art Photo: copyright 2012

Tell us a little about your artistic background and how you go into street art.

I haven’t had a formal artistic education, but my natural mother drew and left me her materials after she died at the age of 18. My grandmother drove me to reuse her materials and I would draw every Sunday at her place. This was when I was six, and I also used to draw a lot at school for fun – things like comics for the school journal and caricatures of kids and teachers. When I was fourteen, my uncle commissioned me to write Midnight Dreams in the NYC graffiti writers’ style, which was also around the time I first tried using spraypaint.

I’ve got a master’s degree in art history from the Sorbonne, about Franz Marc and Romanticism, and another master’s degree from CNRS, about XVIIth century religious theory of architecture and painting, but I’ve never been to art school, I’ve never taught or studied fine art.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Where and when did you put up your first street piece and how did your style develop?

It was of a colourful portrait of Ava, the mother of my daughter, Nina, in 2006, which I’d already made, without a computer.

Your friends and family are featured in many of your pieces. How do you go about selecting your subjects? Are they all people you know and what is the process to get your work onto the street?

This is a very natural process – I don’t believe that much in ‘Art’ with a capital ‘A’, and when I think about my future, I want to remember my feelings and the people I met, so most of my recent works are based on pictures I took during my trips, pictures from my life, representing people that I loved. I am also working with friends like Jeremy Gibbs and Jon Cartwright. I think the most important thing in life is friendship.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

How do you choose which walls to paint on?  Do you prefer certain contexts over others?

It depends on the stencils I‘ve been preparing. I used to prepare my stencils and my colours according to the places I visit. After that I try to interact and make my works blend as much as possible into the environment.

Tell us about some of the reactions that people have had to your work on the street.

Most of them are nice, but it does occasionally happen that someone will have a stupid reaction. I remember once in Marseille a very bad feeling: a family of Arabic people began abusing the friend with whom I was painting because she was Italian. This happens, but rarely. Most of the time people come and check what I’m doing and are surprised, and then compare it to writing and love it.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

You live in Vitry-sur-Seine in the south-eastern suburbs of Paris, which is covered by your work and the work of several other well-known street artists including Roa, Jimmy C, Nunca and Pixel Pancho. What has been your role in making Vitry a street art ‘destination’?

I don’t know, it has also been very natural, just inviting friends of mine to paint in my area, with neighbours and city institutions providing walls. No sponsor, no project, no flyer – just artists working, relaxed in the streets. This is the good side of not being in Paris, intra-muros.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Having travelled extensively presenting your art in cities around the world, where did you have the best and worst experiences?

It has been great to paint all over the world and I’ve had mainly good experiences, and just a few negative ones. I especially like to go painting in places that are not yet familiar with street art.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012Photo: C215

What’s the biggest challenge you’ve faced while putting up a piece?

I think it was great to paint a copy of Caravaggio’s Medusa in the Piazza del Popolo in Rome, during the anniversary of the Carabinieri: hundreds of cops busy with a ceremony. I did it, as I did many other stupid risky paintings in the last few years.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012 Demian Smith

How does the street art scene in Paris and the surrounding arrondissements compare to that in the other cities?

Paris gave birth to street art, as New York gave birth to graffiti, and I guess in future Paris will be involved in this movement in a big way, like no other city in the world.

Where in else in the world would you like to put up pieces?

I want to go to South Africa quite soon as well as a few other exotic destinations.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012 Demian Smith

Tell us about your latest exhibition that is taking place in the XVIIth century Saint-Louis de la Salpêtrière church in Paris,“Prophètes”.

Basically I’ve been transferring my main kids’ portraits into religious icons, and placing them in a church, as ecumenical symbols.

My art is anthropocentric and I believe every person is a cosmos, with a certain divinity. I want to give this through my art as a symbol of a new iconology. Instead of old classical religious icons, I selected kids’ faces as an ecumenical symbol of faith and hope.

Stained glass is a new medium to me and follows from, firstly, painting white on dark surfaces, and then, my exploration of colour. This is the first time I’ve tried exploring light as a medium; although, the stencil allows light to pass through it.

Light is also linked to religion, however, for the people who would have a certain inhibition to visit an exhibition taking place in a Christian church, they can still visit the light box which will be displayed outside the church, on the wall of the City Hall of the 13th arrondissement of Paris, creating a “universal” space, which acts in a different way from the religious space of the church. Maybe for me, as a street artist, it is even more important to see the reception of this one piece, than the rest of the light boxes that will be inside the church. Every night, along with the city lights, the light box will be turned on.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

You have said that the exhibition is “a call for religious tolerance and ecumenism”, and many of your street pieces carry the slogan, “MAKE ART NOT WAR”. What role should politics play in urban art?

Painting in the street is already a political act, because it helps to fight against standardization. You can have a more specific message, but for me “Making Art” in the streets is already something

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

What do you think is the importance of street art?

Street art is as important now as was Rock ‘n’ Roll in the 1950′s. So, it’s just the beginning, and it will change the world.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

What are your plans for 2012?

Being happy, travelling as much as I can with my daughter and to enjoy life.

C215-Christian-Guemy-credit-photo-agnes-gautierPhoto: copyright Agnes Gautier

C215’s latest exhibition “Prophètes”, organised by Galerie Itinerrance, opens on 22nd March 2012 at 6pm at the XVIIth Century consecrated Parisian church Saint-Louis de la Salpêtrière:

Chapelle Saint-Louis, Pitié-Salpêtrière
47 Boulevard de l’Hopital, 75013

C215.com

C215 Paris Street Art Photo: copyright 2012

Posted on

Entretien avec C215 alias Christian Guemy

C215 Paris Vitry-sur-Seine Street Art Photo: copyright 2012

Parlez-nous un peu de votre parcours artistique.

Je n’ai pas eu d’éducation formelle artistique, mais ma mère biologique faisait de la peinture et m’a laissé son matériel après sa mort à l’âge de 18 ans. Ma grand-mère m’a poussé à réutiliser ses outils et je dessinais chez elle tous les dimanches. C’était quand j’avais 6 ans, et j’avais l’habitude aussi de dessiner beaucoup à l’école pour m’amuser – comme des bandes dessinées pour le journal de l’école et des caricatures d’enfants et de professeurs. Lorsque j’avais quatorze ans, mon oncle m’a chargé d’écrire Midnight Dreams dans le style des “writters” de NYC, ce qui correspondait aussi à la période où je testais pour la première fois la bombe.

J’ai un master en histoire de l’art à la Sorbonne, sur France Marc et le Romantisme, ainsi qu’un autre master du CNRS, au sujet de la théorie religieuse de l’architecture et de la peinture au XVIIe siècle, mais je n’ai jamais été en école d’art, je n’ai jamais enseigné ou étudié les beaux-arts.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Où et quand avez-vous mis en place votre première création et comment votre style s’est-il développé ?

C’était un portrait coloré d’Ava, la mère de ma fille, Nina, en 2006, que j’avais déjà réalisé, sans ordinateur.

Vos amis et votre famille sont représentés dans plusieurs de vos œuvres. Comment faîtes-vous pour sélectionner vos sujets ? S’agit-il toujours de personnes que vous connaissez et comment faîtes-vous pour mettre en place votre travail dans la rue ?

C’est un processus très naturel – Je ne crois pas beaucoup à l’ “Art” avec un grand “A”, et quand je pense à mon avenir, je veux me souvenir de mes sentiments et des gens que j’ai rencontrés, donc la plupart de mes travaux récents sont basés sur des photos prises lors de mes voyages, des photos de ma vie, qui représentent les personnes que j’ai aimées. Je travaille aussi avec des amis comme Jeremy Gibbs et Jon Cartwright. Je pense que la chose la plus importante dans la vie est l’amitié.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012 Demian Smith

Comment choisissez-vous les murs sur lesquels peindre ?   Préférez-vous certains contextes à d’autres ?

Cela dépend des pochoirs que j’ai préparés. Je préparais mes pochoirs et mes couleurs en fonction des endroits que je visite. J’essaye ensuite de créer de l’interaction et que mon travail se fonde le mieux possible avec l’environnement.

Parlez-nous de certaines des réactions que les gens ont eu à l’égard de votre travail dans la rue.

La plupart d’entre elles sont gentilles, mais cela peut arriver que quelqu’un ait une réaction stupide. Je me souviens d’une très mauvaise impression une fois à Marseille : une famille de personnes d’origine arabe a commencé à malmener l’amie avec qui je peignais parce qu’elle était italienne. Cela arrive, mais rarement. La plupart du temps les gens viennent et regardent ce que je fais et sont surpris, puis le comparent à l’écriture et l’apprécient.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Vous vivez à Vitry-sur-Seine dans la banlieue sud-est de Paris, qui est couverte par votre travail et celui de plusieurs autres artistes de rue bien connus y compris Roa, Jimmy C, Nunca et Pixel Pancho. Quelle a été votre rôle dans la transformation de Vitry en une destination “street art” ?

Je ne sais pas, ça a été très naturel aussi, juste en invitant des amis à peindre mon quartier, avec les voisins et les institutions de la ville offrant des murs. Aucun sponsor, aucun projet, aucun foyer – seulement des artistes qui travaillent, détendus dans les rues. C’est les avantages de ne pas être à Paris intra-muros.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Ayant beaucoup voyagé et présenté votre art dans des villes à travers le monde entier, où avez-vous eu les meilleures et les pires expériences et pourquoi?

Ça a été génial de peindre partout dans le monde et j’ai surtout eu de bonnes expériences, et seulement quelques négatives. J’aime particulièrement aller peindre dans des endroits qui ne se sont pas encore familiarisés avec le street art.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012 Demian SmithPhoto : C215

Quel est le plus grand défi que vous avez rencontré lors de la mise en place d’une pièce dans les rues ?

Je pense que c’était génial de peindre une copie de la Méduse du Caravage sur la Piazza del Popolo à Rome, lors de l’anniversaire de la Carabinieri : des centaines de flics occupés par une cérémonie. J’ai fait ça, comme j’ai fait beaucoup d’autres stupides peintures risquées au cours des dernières années.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Comment est le street art à Paris et dans les arrondissements environnants comparé à celui des autres villes?

Paris a donné naissance au street art, comme New York a donné naissance aux graffitis, et je pense qu’à l’avenir Paris sera impliquée dans ce mouvement de façon considérable, comme aucune autre ville dans le monde.

Où dans le reste du monde souhaiteriez-vous mettre en place des œuvres ?

Je veux aller en Afrique du Sud assez rapidement ainsi que quelques autres destinations exotiques.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Parlez-nous de votre dernière exposition “Prophètes” qui se déroule dans l’église du XVIIème siècle Saint-Louis de la Salpêtrière à Paris, et à propose du transfert de votre art sur des caissons lumineux de vitraux ?

Fondamentalement, j’ai transféré mes portraits principaux d’enfants en icônes religieuses, et les ai placés dans une église, en tant que symboles œcuméniques.

Mon art est anthropocentrique et je crois que chaque personne est un cosmos, avec une certaine divinité. Je veux transmettre ça à travers mon art comme un symbole d’une nouvelle iconologie. Au lieu de vieilles icônes religieuses classiques, j’ai choisi les visages des enfants comme un symbole œcuménique de foi et d’espérance.

Le vitrail est un nouveau moyen pour moi et découle, d’une part, de la peinture blanche sur des surfaces sombres, puis, de mon exploration de la couleur. C’est la première fois que je l’ai essayé d’explorer la lumière comme médium ; bien que le pochoir permette à la lumière de passer à travers.

La lumière est aussi liée à la religion, cependant, pour les gens qui auraient une certaine inhibition à visiter une exposition qui se déroule dans une église chrétienne, ils peuvent toujours visiter la boîte à lumière qui sera exposée à l’extérieur de l’église, sur le mur de la mairie du 13e arrondissement de Paris, créant un espace «universel», qui agit d’une manière différente de l’espace religieux de l’église. Peut-être que pour moi, en tant que street artiste, il est encore plus important de voir la réception de cette pièce unique, que le reste des caissons lumineux qui seront à l’intérieur de l’église. Chaque nuit, aux côtés des lumières de la ville, la boîte lumineuse sera allumée.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Vous avez dit que l’exposition est “un appel à la tolérance religieuse et l’œcuménisme», et beaucoup de vos œuvres de rue portent le slogan, “faîtes de l’art, pas la guerre”. Quel rôle la politique devrait jouer dans l’art urbain ?

Peindre dans la rue est déjà un acte politique, car il aide à lutter contre la normalisation. Vous pouvez avoir un message plus spécifique, mais pour moi “Faire de l’art” dans les rues est déjà quelque chose.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Quel est selon vous l’importance du street art ?

Le street art est aussi important aujourd’hui que le Rock ‘n’ Roll dans les années 50. Ainsi, ce n’est que le début, et cela va changer le monde.

C215 Paris Street Art Vitry-sur-Seine Photo: copyright 2012

Quels sont vos projets pour 2012 ?

Être heureux, voyager autant que possible avec ma fille et profiter de la vie.

C215-Christian-Guemy-credit-photo-agnes-gautierPhoto: copyright Agnes Gautier

Dernière exposition de C215 “Prophètes”, organisée par la Galerie Itinerrance, ouvre le 22 Mars 2012 à 18 heures à l’église parisienne du XVIIème siècle Saint-Louis de la Salpêtrière :

Chapelle Saint-Louis, la Pitié-Salpêtrière
47 Boulevard de l’Hôpital, 75013

C215.com

C215 Paris Street Art Photo: copyright 2012

Posted on

Interview with Nick Walker

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Nick Walker’s Vandal character genuflects to the Paris street art scene?

Interviewing a street artist from Britain is an odd first post for a Paris blog on street art, perhaps, but we were keen to find out the latest  from him after the recent swathe of interventions he left for us, produced during February’s freezing conditions – a distant memory in today’s 18 degree Paris sunshine. So, for the record, his debut on this blog reflects his achievements in Paris, and has nothing whatsoever to do with any underhand British favouritism.

In the interview, Walker tells us how he picks his locations and reveals that Paris hasn’t seen the last of him (he may yet return to spend time and learn the language); and that he’s still on talking terms with Banksy, despite exploding a rat.

Tell us a little bit about your background and how you got into street art.

I grew up in Bristol in the UK and got into graffiti art in the early 80s. I was transfixed by music videos like Blondie’s Rapture, Malcolm Mclarens’ Buffalo Gals, and Hip Hop History, an Arena special on BBC2. One of my major influences and turning points was seeing the graffiti artist outlining the Buffalo Gals lettering throughout the video. It was so well executed and spontaneous that I instantly wanted to be able to do it myself. ‘Nick Walker’s first exposure to graffiti’ – the Buffalo Gals music video with artwork by Dondi White.

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Nick Walker’s first exposure to graffiti – the Buffalo Gals music video with artwork by Dondi White

Your new graffiti artwork around Paris, some of which is in collaboration with London street artist SheOne, features your bowler hat motif . Can you explain a little about these pieces?

The recent artworks scattered around Paris are of The Vandal, a character I created, whose purpose is to travel from city to city throwing his palette of paint down high rise buildings and famous landmarks – his version of ‘painting the town red’. The Vandal’s premiere appearance was in a painting called ‘The Morning After’ which is all about the artist ‘post-action’, as he reflects on a night’s work and enjoys the quiet walk home, still a free man, with the city behind him dripping in rich colour. This concept developed into a series: I’m currently working on the eleventh city, which is Paris.

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Street artist Nick Walker makes a mysterious reference to “Derby” in this recent work made in Paris’ 11th arrondissement, a collaboration with London graffiti artist, SheOne

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Testicles, spectacles, wallet … spray can

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012The genie in the bowler hat

How do you pick your locations?  What do you think is the importance of context to your street art?

First I ask a contact in the chosen city to source some walls and then I study photos of the area in order to get a good idea of scale and then I choose which image (stencil) would be appropriate or inappropriate in that specific location. A lot depends on how hot the area is, which direction the traffic is travelling, and how nosey the neighbours are. If you choose a really touristy area the police will be quick to shut you down. Context is very important, too: it’s always a good idea to take the subject matter and place it in a relevant or directly polar environment – a little provocation can be fun at times. I have a mild political agenda but it’s always intertwined with a degree of humour and entertainment.

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright SheOneNick Walker paints in Paris’ 2nd arrondissement last month. Photo: SheOne

Your work, Le Corancan [pictured below], painted illegally Canal Saint Martin in 2010, featuring several veiled women lifting their skirts to reveal their stockings and suspenders as they danced the cancan, was removed almost immediately by the French authorities, and made more than just street art news. What is the biggest challenge you’ve faced putting up your work in Paris?

Le Corancan was a rather stressful painting – the deal was to finish the piece before the school opened opposite the wall. A reliable source had said it was likely the care taker would call the police so it was a good idea to start as early as possible. However I forgot to put my watch forward, so was an hour behind, still operating on UK time. We ended up starting much later than hoped, just after 7am, and finished at 10am. I was still painting when the kids started arriving and it was getting a fair bit of attention to say the least, but I finally managed to finish up and move away from the wall. I sat on a bench by the canal watching the police arrive. There were about six on foot, constantly saying “non, non …” into their radios. I hung around for a few minutes and then decided it would be a good idea to go back to the hotel before one of them clocked my finger nails. I knew that this piece didn’t have a very long shelf life, as it coincided with the French government’s final decision to ban the burqa in its capital city. Anything remotely political on the walls around Paris at that time was getting buffed immediately.

LeCorancan-photo-street art paris canala st martin credit-Nick-Walker-2Six women wearing Islamic veils and dancing the cancan painted  just before the French government moved to ban the burqa from being worn in public, painted next to the Canal Saint-Martin in 2010

Tell us where your favourite spots in Paris are for painting, and hanging out?

For painting I don’t necessarily have a favourite niche, the whole city is up for grabs – it’s a case of painting at a spot that makes the most sense at a given time. It can be quite a spontaneous process or heavily planned. The piece we did on Rue de l’Échaudé in the Latin quarter of St Germain-des-Pres was in a good area. We rolled up to a wall opposite Cham’art Contemporain and just got to work – no one cared. In fact, quite a few of the surrounding shop keepers came out and had their photos taken with us. Sometimes blatantly being seen in broad daylight is the way forward. If you’re painting at night on a city wall you look a thousand times more suspect. In terms of hanging out, there’s always a good chance that I may end the night at Le Baron, owned by French graffiti artist Andre.

Nick Walker street art paris photo: copyright 2012A collaborative piece by Nick Walker and SheOne in the Left Bank neighbourhood of St Germain-des-PresNick Walker street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker street art paris photo: copyright sheeone
Photo: SheOne

For several of your recent Paris paintings, you collaborated with London graffiti artist SheOne. Are there any Parisian artists with whom you’d like to work?

I like what “Da Mental Vaporz crew” is doing right now, a serious melting pot of styles. I keep seeing the work of Dast on vans around the city. I really like the simplicity of his work. It reminds me of the work of late New York graffiti artist Keith Haring, in a way.

Dast street art paris photo: copyright 2012‘Haring-esque’ street art work by Parisian graffiti artist, Dast

What’s your opinion on the street art culture in Paris? How does it compare to street art in London and Bristol, and other cities around the world?

The graffiti scene in Paris is intense. Paris has had it locked down since day one and you can see that immediately when arriving at Gare du Nord on the train. It’s like a pandemic – no other city is quite so heavily layered up. New York used to be as densely hit in its heyday, but with all the gentrification that’s taken place in the last two decades the crown has been passed to Paris. In London, the Borough Councils and the Police are too uptight about graffiti and relentlessly buff walls, only for them to be re-tagged. It’s a waste of money trying to persistently control and clean so much street art in London. They’re simply shovelling the snow during a blizzard.

Nick Walker street art paris photo: copyright 2012Walker’s Vandal character painting the streets red

Nick Walker street art paris photo: copyright 2012

The exploded rats seen in some of your paintings are aimed at your contemporary, and fellow-Bristolian, graffiti artist Banksy, it’s been reported. Tell us how this discord began.

It’s weird – there have been rumours for some time about this. Yes, it’s a bit cheeky, blowing up a rat but that’s as far as it goes. I was just bringing a bit of edge into the game, and people are still speculating about it. The truth is that I like Banksy, and we still talk.

What are your plans for 2012?

I have a couple projects coming up for Paris, the first of which will happen in April. I’m also in a few group shows, so I’m painting in the studio pretty much every day. My ultimate goal is to get a French tutor and move over at some point. I have much unfinished business in Paris.

What do you think is the importance of street art?

Firstly it’s important for it to be on the street and in the public realm for everyone to enjoy. If an artist calls him or herself a “street artist,” then it is imperative that they be actively painting in social space. A wall, a shutter, a building, an alley way; a blending of aesthetics, humour and a gentle nudge of an idea might just change how a passerby views their day. By changing a known environment, you look again at a familiar site and perhaps see the world a little differently, if just for a moment. The street is the biggest gallery an artist could wish for and it doesn’t matter if it’s illegal or not in my opinion it works better on the street. Also, it’s a gift to the people of the city.

nick walker street art paris photo: copyright nick walker

—-

Nick Walker’s website: theartofnickwalker.com.

Posted on

Interview avec Nick Walker

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Le personnage Vandale du street artiste Nick Walker s’incline-t-il devant la scène street art parisienne ?

Interviewer un street artiste de Grande-Bretagne est un premier article étrange pour un blog de Paris sur le street art, peut-être, mais nous tenions à avoir de ses nouvelles après la récente vague d’interventions qu’il nous a laissées, produites pendant le gel de février – un lointain souvenir aujourd’hui avec les 18° de Paris sous le soleil. Donc, pour information, ses débuts sur ce blog reflètent ses réalisations à Paris, et n’ont rien à voir avec un quelconque favoritisme britannique sournois.

Dans l’interview, Walker nous raconte comment il choisit ses lieux et nous révèle que Paris n’a pas encore fini d’entendre parler de lui (il pourrait encore revenir y passer du temps et apprendre la langue); et qu’il est toujours en contact avec Banksy, en dépit de l’explosion d’un rat.

Parlez-nous un peu de votre parcours et comment vous êtes entré dans le street art.

J’ai grandi à Bristol au Royaume-Uni et j’ai commencé le graffiti au début des années 80. J’étais fasciné par des clips comme Blondie Rapture, Buffalo Gals de Malcom McLaren et Hip Hop History, une Arena spéciale sur BBC2. Une de mes influences majeures et point de non retour a été de voir l’artiste graffiti esquisser le lettrage Buffalo Gals tout au long de la vidéo. C’était si bien exécuté et spontané que je voulais tout de suite être capable de le faire moi-même. «La première exposition de Nick Walker au graffiti ‘- le clip de Buffalo Gals avec des graffitis de Dondi White.

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012La première rencontre de Nick Walker avec l’univers du graffiti – le clip de Buffalo Gals avec des illustrations de Dondi White.

Vos nouvelles œuvres d’art graffiti sur Paris, dont certaines sont en collaboration avec le street artiste, SheOne, comportent votre motif de chapeau melon. Pouvez-vous expliquer un peu ces oeuvres ?

Les œuvres récentes dispersées dans Paris représentent The Vandal, un personnage que j’ai créé, dont le but est de voyager de ville en ville jetant sa palette de peinture au bas de hauts bâtiments et monuments célèbres – sa version de «peindre la ville rouge». La première apparition de The Vandal fut dans un tableau intitulé «The Morning After» qui porte sur la «post-action» de l’artiste, comme il réfléchit sur le travail de nuit et profite de la promenade calme jusqu’à la maison, encore un homme libre, avec la ville derrière lui ruisselant de couleur riche. Ce concept se développe en séries : je travaille actuellement sur la onzième ville, qui est Paris.

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Le street artiste Nick Walker fait une référence mystérieuse au “Derby” dans ce travail récent du 11ème arrondissement de Paris, une collaboration avec l’artiste graffiti londonien, SheOne

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Testicules, lunettes, portefeuille … bombe aérosol

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012Le génie dans le chapeau melon

Comment choisissez-vous vos emplacements?  Quel est selon vous l’importance du contexte dans votre street art?

D’abord, je demande à un contact dans la ville choisie de se procurer certains murs, puis j’étudie des photos du lieu afin d’obtenir une bonne idée de l’échelle, puis je choisis quelle image (pochoir) serait appropriée ou non dans cet endroit précis. Ça dépend beaucoup de la zone, si elle est chaude ou pas, la direction du trafic et si les voisins sont bruyants ou pas. Si tu choisis une zone très touristique la police sera rapide pour t’arrêter. Le contexte est très important aussi: c’est toujours une bonne idée de choisir le thème et de le placer dans un environnement pertinent ou directement polaire – un peu de provocation peut être amusant parfois. J’ai un agenda politique doux, mais il est toujours lié à un degré d’humour et de divertissement.

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker Street art paris photo: copyright SheOneNick Walker peint dans le 2ème arrondissement de Paris le mois dernier. Photo: SheOne

Votre oeuvre, Le Corancan, peint illégalement au Canal Saint Martin en 2010, représentant plusieurs femmes voilées soulevant leurs jupes pour révéler leurs bas et des bretelles en dansant le cancan, a été enlevée presque immédiatement par les autorités françaises, et a fait plus que la simple une des news street art. Quel est le plus grand défi que vous avez connu en réalisant vos oeuvres à Paris ?

Le Corancan était une peinture plutôt stressante – Le but était de terminer la pièce avant l’ouverture de l’école en face du mur. Une source fiable avait dit qu’il était probable que le concierge appelle la police, c’était donc une bonne idée de commencer le plus tôt possible. Cependant, j’ai oublié d’avancer ma montre, donc j’avais une heure de retard, toujours à l’heure anglaise. Nous avons fini par commencer beaucoup plus tard que prévu, juste après 7h du matin, et terminer à 10h.  J’étais toujours en train de peindre quand les enfants ont commencé à arriver et ça attirait un peu l’attention c’est le moins qu’on puisse dire, mais j’ai finalement réussi à finir et m’éloigner du mur. Je me suis assis sur un banc au bord du canal regarder la police arriver. Il y en avait environ six à pied, répétant sans cesse “non, non …” dans leurs radios. J’ai traîné dans les alentours pendant quelques minutes, puis j’ai décidé que ce serait une bonne idée de revenir à l’hôtel avant que l’un d’eux ne cadence mes ongles. Je savais que cette oeuvre n’allait pas avoir une durée de vie très longue, car cela coïncidait avec la décision finale du gouvernement français d’interdire la burqa dans sa capitale. Tout politique à distance sur les murs dans Paris à ce moment-là était effacée immédiatement.

LeCorancan-photo-street art paris canala st martin credit-Nick-Walker-2Six femmes portant des voiles islamiques et dansant le cancan peint juste avant que le gouvernement français interdise le port de la burqa en public, peint à côté du Canal Saint-Martin en 2010

Dites-nous où sont vos endroits préférés à Paris pour peindre, et pour traîner?

Pour peindre, je n’ai pas forcément un endroit favori, la ville entière est à saisir – il s’agit de peindre dans un lieu qui fait le plus sens à un moment donné.  Ça peut être un processus assez spontané ou fortement prévu. L’oeuvre que nous avons réalisée rue de l’Échaudé dans le quartier Latin de St Germain-des-Prés était dans un bon endroit. Nous avons remonté jusqu’à un mur opposé Cham’art contemporain et juste eu à travailler – personne ne se souciait. En fait, un certain nombre des commerçants environnants sont sortis et ont pris des photos avec nous. Parfois, être vu ouvertement en plein jour est la voie à suivre. Si tu peins un mur de ville la nuit, tu auras l’air mille fois plus suspect. Pour traîner, il y a toujours beaucoup de chance que je finisse la nuit au Le Baron, détenue par l’artiste graffiti français André.

Nick Walker street art paris photo: copyright 2012Une collaboration de Nick Walker et SheOne dans le quartier Rive Gauche de St Germain-des-Prés

Nick Walker street art paris photo: copyright 2012

Nick Walker street art paris photo: copyright sheeone
Photo: SheOne

Pour plusieurs de vos peintures récentes à Paris, vous avez collaboré avec l’artiste graffiti londonien SheOne. Y a-t-il des artistes parisiens avec lesquels vous aimeriez travailler?

J’aime ce que “Da Mental Vaporz crew” est en train de faire en ce moment, un sérieux melting-pot de styles. Je n’arrête pas de voir le travail de Dast sur des camionnettes dans la ville. J’aime beaucoup la simplicité de son travail. Cela me rappelle le travail de l’artiste graffiti de New York Keith Haring, en quelque sorte.

Dast street art paris photo: copyright 2012‘Haring-esque’ street œuvre d’art par l’artiste graffiti parisien, Dast

Quelle est votre opinion sur la culture street art à Paris ? Comment se compare-t-elle avec le street art de à Londres et de Bristol, et d’autres villes à travers le monde ?

La scène graffiti à Paris est intense. Paris l’a bloquée depuis le premier jour et vous pouvez voir ça immédiatement en arrivant à Gare du Nord à bord du train. C’est comme une pandémie – aucune autre ville n’est aussi haut placée dans la hiérarchie. New York était aussi densément touché à son apogée, mais avec toute la gentrification qui a eu lieu au cours des deux dernières décennies, la couronne a été passée à Paris. A Londres, les conseils d’arrondissement et la police sont trop strictes au sujet des graffitis et nettoient les murs sans relâche, seulement pour être re-tagués à nouveau. C’est une perte d’argent d’essayer impitoyablement de contrôler et de nettoyer à ce point le street art à Londres.  Ils sont tout simplement en train de pelleter la neige pendant une tempête.

Nick Walker street art paris photo: copyright 2012Le personnage Vandale de Walker en train de peindre les rues en rouge

Nick Walker street art paris photo: copyright 2012

Les rats explosés vus dans certaines de vos peintures sont destinées à votre contemporain et compatriote de Bristol, artiste graffiti Banksy, il a été dit. Dites-nous comment ce désaccord a commencé.

C’est bizarre – il y a eu des rumeurs depuis un certain temps à ce sujet. Oui, c’est un peu culotté, l’explosion d’un rat, mais c’est ainsi soit-il.  J’étais juste en train d’apporter un peu de tranchant au jeu, et les gens sont encore en train de spéculer à ce sujet. La vérité est que j’aime Banksy, et nous nous parlons encore.

Quels sont vos projets pour 2012 ?

J’ai quelques projets à venir pour Paris, dont le premier aura lieu en Avril. Je suis aussi dans quelques expositions de groupe, donc je peins à l’atelier à peu près tous les jours. Mon but ultime est d’avoir un professeur de français et me retirer à un moment donné. J’ai beaucoup de choses inachevées à Paris.

Quel est selon vous l’importance du street art ?

Tout d’abord, il est important qu’il soit dans la rue et dans le domaine public pour tous les goûts. Si un artiste prétend être un «street artiste», alors il est impératif qu’il peigne activement dans l’espace social.  Un mur, un volet, un bâtiment, une allée; un mélange d’esthétique, d’humour et un peu d’esprit pourrait bien changer la façon dont un passant voit sa journée. En changeant un environnement connu, vous regardez encore un endroit familier et peut-être voir le monde un peu différemment, même pour un moment seulement. La rue est la plus grande galerie qu’un artiste puisse souhaiter et ça n’a pas d’importance si c’est illégal ou non, à mon avis, ça marche mieux dans la rue. En outre, c’est un cadeau pour les gens de la ville.

nick walker street art paris photo: copyright nick walker

—-

Consultez le site Web de Nick Walker, theartofnickwalker.com.