Posted on

Interview with Louis Masai Michel

London street artist Louis Masai coral

The United Nations climate conference, or COP21, has been happening in Paris, and meanwhile, London-based artist and muralist, Louis Masai, has been here promoting consciousness on the degradation of our coral reefs by painting beautiful coral hearts inside Montparnasse station and on walls in the 11th and 10th arrondissements. We’ve been out in the streets documenting his production and interviewing him on his practice.

London street artist Louis Masai coralDetail of one of Louis Masai’s spraypainted coral reef hearts at Rue Saint-Maur in the 11th arrondissement.

Tell us a bit about your background and how you became an artist.

Well I guess the cliche of ‘I was never good at anything else at school’ is how it all started. That combined with the fact that my parents were art school sweethearts meant I was born with artists’ genes flowing through my bloodline. Actually, the vast majority of my family are creatives, so the cliche must have context in there somewhere. But, ultimately whilst living in cornwall for ten years, minus the four years spent studying fine art, I became fed up of being a big fish in a small pond and so plunged deep into the depths of London, which is where I’m based now, working half the year in the studio, and the rest, painting outside around the world.

London street artist Louis Masai coral

Does one become an artist, I’m not so sure, I think that ultimately its either within you, or not. I’d agree that one can get better at being an artist, and the survival game can get easier or harder, but just because you can paint, draw or create doesn’t make you an artist; being an artist for me is about lifestyle and accepting that your addicted to it. I get grumpy if I don’t create for more than a day or two, and I can definitely bore the tears out of someone that doesn’t love art as much as me, by talking about how important it is to society.

What inspired you to start painting images from the natural environment?

I guess it’s harder to run out of ideas when you create directly from what interests you. For me its the natural environment. I’ve always admired wildlife and the softness of nature, so as I’ve grown older my desires to encourage other people to reflect upon the natural environment has taken a heightened interest for me. I feel like it would be strange if that was not reflected through my art. I feel like visual images can be used as a way to provide a voice to the unheard and so my art is that communication for endangered species.

London street artist Louis Masai coral

What inspired your recent trip to Paris, and why are all your paintings of coral?

For the past twelve months or so I’ve been working alongside an amazing environmental agency called Synchronicity Earth. The first project was called This Is Now, for which we created a short film about British wildlife, highlighting invasive, endangered, and extinct species.

This is Now, a short film chronicling the production of a series of Louis’ community-based paintings by filmmaker, Toby Madden

The current project is about coral reef decline. The idea behind the project is to both spread awareness of the present reef situation but also to support regeneration of corals. The first stage is crowd funding where by we are currently editing the film that documents the mural I painted in Shoreditch in East London in October. That film will encourage investors to support the redevelopment of reefs around the world via Synchronicity Earth’s coral campaign. The campaign will also gateway for me to create more murals around the world which will raise awareness for corals and encourage more people to be environmentally aware of the damaging effects that we have upon the oceans. The most important factor to remind everyone about is that CO2 emissions are destroying oceanic life, and if the ocean temperature rises the reef will die.

The reef is a living biodiversity that not only protects the earth from flooding but will also be the first step of a domino effect that could destroy the planet’s sustainability forever. That’s a scary prospect and I don’t think many people are aware of it. In fact, it still amazes me how many people think coral is a plant instead of an animal.

Louis Masai LondonLovesCoral Shoreditch Rich MixMural painted in Shoreditch, London by Louis Masai as part of Synchronicity Earth’s coral campaign

So, that first London mural, in the centre there’s a hollow heart shape. The overall coral formation is a padlock and the heart shape in the centre is the keyhole. The keys are now being painted around the world as heart-shaped corals. These are what I’ve been painting in Paris, the keys are symbolic of the need to unlock the heart of the situation by joining together and tackling the threats faced by it. It’s definitely a very flowery artists perception of how to enlighten a critical situation, but I hope it’s one that can unite people globally to take a little more action in researching how to actively reduce their own carbon footprints, if you want to pursue that investigation watch the film Cowspiracy on Netflix.

The reason I was in Paris last week was because whilst I was there the United Nations conference on climate change, COP21, started. I’m creating a film about this trip juxtaposing the City of Love in a heartbroken state with me painting coral hearts to hopefully raise some thoughts about the oceans.

London street artist Louis Masai coral rue de la fontaine au roi Coral adorned with a #LOVECORAL hashtag at Rue de la Fontaine au Roi in Paris’ 11th arrondissement. Photo: Louis Masai

You add hashtags to a lot of your murals to try and create online support for this and other environmental causes. Does this strategy impact the purity of the artwork itself in your opinion?

Well, I’ll reckon with you, I personally loath social media and all the paraphernalia that adorns it, however I also recognise the importance it holds, both for me as an artist and as someone who wants to spread awareness on the environment. I use it to my advantage as best I can: hashtags have become a well-known way to collect images, data and thoughts from all different social media outlets.

Hashtags neatly organise this information for people around the world to stumble upon. Unfortunately, not everyone follows the same thought processes as each other and so I try and encourage viewers to follow a ‘yellow brick road’ and in this instance it’s #LOVECORAL. I write the tags on the walls with my paintings to lay the foundations for the brick road, and they work. I don’t always adorn hashtags to my work but in cases like the corals I feel it’s relevant. On other occasions, I write messages or statistics, and although it might make the painting become an advert for my cause, I’m okay with that because it’s promoting a higher level of consciousness, and if I can seed consciousness then my art achieves far more than just being a pretty picture that brightened up a dingy street corner. I guess this is why people will title my style of work as ‘activism’, but for me its just a modern way of shepherding people’s thoughts and movements.

London street artist Louis Masai coral

In my opinion, painting on small walls functions as an advertising tool for an artist and it’s only when the wall is large that it becomes a mural of some sort. I feel that the majority of my work is not just an advert for what I do on canvasses, but also an advert to raise awareness. If the hashtag or statistic written in conjunction to the wall painting becomes visually un-aiding to the image’s purity, I’m okay with that because my studio work doesn’t have those issues and holds 100 per cent purity.

I also think as a whole viewers become far too precious of art outside; paintings have shelf lives outside and more often than not the artist accepts that more than the fans. If, as a viewer, you are disturbed by an impurity of visual language then I think you need to let go of it and remember control is for art indoors.

What is the difference between what you paint in the streets and the work you sell?

Both deal with the same issues of species awareness. Indoors I work with brushes on reclaimed wood and selvedge paper and fine-tip pens. Recently, I have also started sculpting with resin and toys. Outside, I’m using spray paint.

I can’t achieve identical qualities from one medium to the next, so obviously there is a difference between the two outlets for the image. What I do notice, though, is that each style informs the next, whereby I’d like to be able to do exactly the same with both mediums, so we will see what happens in the future.

I guess the other difference is, as I said earlier, when I paint outside I’m advertising and in the studio I’m not – I’m creating decorations for the home.

London street artist Louis Masai coralRue du Faubourg Saint-Denis and Rue de la Fidélité

London street artist Louis Masai coral

London street artist Louis Masai coralRue de la Fidélité in Paris’ 10th arrondissement

What goes through your mind when you paint in the streets and how do you feel about your work being painted over or removed?

When creating a painting, the course of time, from start to finish, encompasses many different thought processes. I feel extremely passionate about what I paint, so there is a lot of sentiment and emotion that goes into each painting. Usually, I listen to music when I paint also. This provides another creative level which I find hard to salvage from other sources as it enables me to concentrate with individual moments during the piece. I actually didn’t listen to much music whilst in Paris. I think i did this intentionally to feel the emotion from the city itself more. Ultimately, painting is my meditation and I become totally self-absorbed and free from my own personal issues.

If i get painted over I actually really don’t care anymore, it used to upset me, but these days I just accept it as a part of the way that humans treat their surroundings. When my paintings get wiped out it acts as a metaphor for the actual animal being endangered – here today gone tomorrow.

Please can you tell us a bit about your plans for 2016.

I have a few group shows already penciled in and I potentially have an international solo in the talks. I will paint more walls around London and I’m working on a USA tour for end of 2016.

—–

Find Louis Masai online at his site and Instagram, here and here.

Posted on

Philippe Hérard nous parle de Belleville et de ses “gugusses”

IMG_1374Peinture sur craft de Philippe Hérard.

Si vous vous êtes déjà aventuré à Belleville, dans le 20e arrondissement de Paris, vous êtes à coup sûr passé devant l’un des « gugusses » de Philippe Hérard. L’artiste français est basé dans ce quartier – célèbre notamment pour avoir été l’un des repères d’Edith Piaf et Maurice Chevalier – depuis 25 ans. Ils nous a reçu dans son atelier pour une interview et un café.

Les histoires que Philippe Hérard colle aux murs dans la rue ou qu’il peint sur des toiles sont celles de figures anonymes placées dans des situations absurdes ou inconfortables. Les passants s’accoutument vite à sa pâte, avec une palette aux couleurs terre et des éléments symboliques : bouées, échelles et planètes. Une atmosphère morne et un sentiment d’impuissance émane de tout cela.

Lorsqu’on l’interroge sur ses influences artistiques, Hérard nous parle sans hésitation du peintre français Jean Rustin. « C’est un grand bonhomme, un très grand bonhomme. » Avec une palette sombre et un style figuratif, les personnages de Rustin renvoient une vision sombre et désenchantée de l’humain. Les hommes et les femmes qu’il peint sont bruts : leurs corps grotesques, parfois nus sont exposés sans honte dans des positions étriquées ; leurs visages vides qui regardent le spectateur droit dans les yeux communiquent une certaine résignation, une errance.

Jean Rustin 2Toile de Jean Rustin.

IMG_6665Collage de Philippe Hérard, rue de Savies à Belleville.

On retrouve en partie la même obscurité dans les travaux d’Hérard, mais de manière moins brusque. Ses « gugusses » (nom qu’il donne aux personnages présents dans presque toutes ses œuvres) apparaissent blottis, entassés, tirés par des fils, piégés par des bouées, face à des murs… Ils détournent souvent les yeux, mais lorsqu’ils sont de face, leurs visages sont assombris, de manière à ne pas imposer leur regard au spectateur. Hérard est certainement plus chaste dans sa représentation de la condition humaine. « C’est évident que je parle de moi, des autres, parce qu’on n’est pas nécessairement tous très heureux. […] Je peins déjà pour me faire du bien, parce que j’ai besoin de ça. C’est mon support pour m’exprimer. Avec les mots, j’ai un peu de mal. C’est mon moyen de dire aux autres. Et c‘est tout. Il faut que je le dise à travers une toile. » Hérard nous confie qu’il n’analyse pas ce qu’il fait. En travaillant, certaines choses lui paraissent évidentes, comme l’usage de la bouée qui lui plaisait visuellement. Toutes ses œuvres s’intitulent « cent titres », laissant à chacun une liberté d’interprétation. Mais son travail est parfois plus abrasif. Il a fait une série de portraits, « sutures », mettant en scène des visages blessés, lacérés et cousus. On peut inconsciemment y déceler une référence aux humains défigurés de Rustin.

Curieusement, Hérard n’est un street artiste que depuis 2009. « Je me suis dit “je vais essayer”. Donc tout à fait humblement, j’ai mis mes gugusses et mes bouées que je peignais sur kraft dans la rue. J’avais un truc à montrer. Ça a commencé comme ça. » Auparavant, il se contentait d’exposer son travail en galerie. La rue, permet cependant une expérience créative tout à fait différente. « C’était assez curieux parce qu’au départ j’avais l’impression de faire un truc pas bien, parce que je fais ça en journée. Et j’ai été assez surpris parce que les gens étaient très accueillants. Ça m’a vraiment motivé. Il y a un échange qui s’est créé. » Hérard a ensuite découvert que les gens prenaient sont travail en photo, le publiait en ligne, en demandant qui était l’artiste (il ne signait pas son travail au début) et proposaient des interprétations diverses et variées. « Je voyais mes gugusses dans leur environnement. Ils étaient posés au mur, j’avais dit ce que j’avais à dire. Mais les gens renvoyaient une autre image. Et chacun avait son œil. Certains de loin avec du vivant devant, ou alors tout près. C’était marrant, je voyais mes gugusses différemment, mis en situation. »

IMG_1376L’atelier de Philippe Hérard à Belleville, avec vélo, bouée et gugusses.

Le Street art est par essence éphémère: poser une œuvre sur un mur altère le paysage urbain. « Ce qui me plaît, c’est que quand je découpe la forme d’un gugusse, que je le colle sur un mur, il est unique. Je fais toujours une ombre. Et à partir de là, tout l’espace du mur devient le support, la scène de mon personnage. Le fait de créer de la perspective transforme le mur en toile. Le mur fait partie intégrante de mon personnage, le personnage est rentré dedans. » La tinte marron du papier kraft qu’il utilise se fond parfaitement à la couleur qui recouvre beaucoup de murs parisiens. « Je n’ai rien d’intentionnel. C’est comme avec le message. Il faut juste que je fasse ça, c’est tout. C’est comme ceux qui ont besoin d’aller chez le psy, parce que ça leur fait du bien. Moi, il faut que je le fasse. C’est du hasard tout ça, pour moi. » Le street art lui permet de sortir de son atelier et de rencontrer les gens. «En galerie, ce sont les gens qui se déplacent. La plupart des gens que je vois dans la rue ne vont pas dans les galeries. C’est un complément. Du coup, je vois des gens de manière beaucoup plus large, en tant que spectateurs. J’aime bien ça. Ça m’a appris beaucoup le street art. Ça m’a ouvert en tout cas. »

Un des pièges dans lesquels certains street artistes redoutent de tomber est celui de contenter leur “public” en leur proposant les mêmes motifs ou les mêmes ressorts narratifs à chaque fois. Lorsqu’on lui parle de ce piège et qu’on l’interroge sur l’impact que la rue a eu sur son travail, Hérard nous dit qu’il ne veut pas peindre des bouées toute sa vie. « Il ne faut pas que le travail que je fais dans la rue nuise à mon travail d’artiste en général. Il faut que je fasse attention, je veux être libre. Je ne pense pas que ça me restreint déjà mais j’y pense beaucoup parce que les gens me parlent souvent des premières choses qu’ils ont pu voir, qu’ils ont aimé, et ça reste très focalisé sur ça. J’essaye de faire la part des choses, de toujours avoir une petite référence, mais de proposer autre chose. »

IMG_4414Collage de Philippe Hérard, rue des Couronnes à Belleville.

Philippe Hérard fut exposé à l’art alors qu’enfant, suite à un accident dans lequel il se cassa une jambe, il fut immobilisé. Un de ses grands oncles qui était peintre et curé lui rendait visite et l’a initié au dessin. « Ça m’a plu, ça m’a pris les tripes et puis je n’ai plus fait que ça à partir de là. » Au lieu d’aller en colonie de vacances comme les autres enfants de son âge, il rejoignait son oncle dans sa 4L et peignait des paysages de la Marne, des natures mortes et des maisons en pans de bois. Grâce à cet enseignement, il développa une goût pour les peintres impressionnistes et les « classiques ». Après une courte scolarité, il arriva à Paris pour étudier l’art et le graphisme. Plus tard, il travailla avec des agences de publicité, mais quitta cette branche pour se consacrer pleinement à la peinture. Il décida de rester à Paris, après avoir créé un lien fort avec la capitale et plus tard Belleville. Philippe Hérard fait partie de l’Association des Artistes de Belleville depuis deux ans et a participé aux Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes de Belleville. « Je me suis dit qu’au bout de 20 ans, j’avais envie de m’inscrire et de participer à une activité plus locale, d’être tamponné. » En décembre 2014, il a exposé son travail au Cabinet d’Amateurs, dans le 11e arrondissement, aux côtés de Levalet, Ender, Urbanus et d’autres. « J’ai découvert leurs travaux, et après j’ai découvert les personnes. Et j’ai eu envie de partager professionnellement. »

Outre ces racines locales, nous l’avons interrogé sur ses œuvres collées aux quatre coins du monde, et nous avons voulu savoir s’il adaptait son message en fonction des pays visités. Il sourit et nous dit : « Je ne voyage pas du tout. Ce sont les gens qui vont me coller ailleurs. Ça, c’est parti d’Eric Maréchal. Il colle dans le monde entier. Maintenant, il a une association ; il ne colle que dans les lieux compliqués comme les camps de réfugiés, ou les bidonvilles, pour amener un peu d’art dans des endroits où il n’y en a pas. Et ensuite les gens ont su ça, et de bouche à oreille ils viennent me trouver et me disent qu’ils partent en voyage. Ils collent mes travaux et ils m’envoient des photos. Je trouve ça génial parce que sans bouger de chez moi, je me retrouve avec des bouées au Tibet ou je sais où. »

PH site 9Oeuvre de Philippe Hérard collée par Eric Maréchal, bidonville à Sao Paul, Brésil.

____

Pour voir les travaux de Philippe Hérard, rendez-vous à la galerie Joël Knafo pour son Solo show, du 11 septembre au 10 octobre 2015.

Pour en savoir plus sur Eric Maréchal et The Art Fabric, cliquez ici.

Posted on

Philippe Hérard on Belleville and his “gugusses”

IMG_1374Painting on craft paper by Philippe Hérard.

If you’ve already ventured into Belleville, in the 20th arrondissement of Paris, you can be sure you’ve walked past one of Philippe Hérard’s “gugusses”. The French artist has been based in this French quartier – home to Edith Piaf and Maurice Chevalier – for the past 25 years, and has kindly received us into his atelier, for an interview and coffee.

The stories Hérard pastes up on walls in the street, or paints onto canvas, are those of faceless figures placed in absurd or uncomfortable situations. His work quickly becomes familiar to passersby, with its earth toned palette and symbolic elements: buoys, ladders and planets. A dreary atmosphere and sense of helplessness emanates from all this.

When asked about his artistic influences, Hérard tells us without hesitation: Jean Rustin. “He’s a great man. A very great man.” With a dark palette and figurative style, Rustin’s characters transpire a sombre and disenchanted vision of humankind. The women and men he paints are raw: their grotesque, sometimes naked bodies are shamelessly exposed in cramped positions; their expressionless faces, staring directly at the viewer, convey a feeling of aimlessness and resignation.

Jean Rustin 2Painting by Jean Rustin.

IMG_6665Paste up by Philippe Hérard, rue de Savies in Belleville.

Some of the same obscurity can be found in Hérard’s paintings, but in a less blunt manner. His “gugusses” (the name he has given to the characters present in almost all his pieces) appear huddled in on themselves, pulled by strings, trapped in buoys, facing walls… They are often looking away, but when facing forward, their faces are darkened, so as not to impose their gaze on the viewer. Hérard is certainly more chaste in his representation of the human condition: “It’s obvious that my work is about me, about others, because we’re not necessarily all happy. […] I paint firstly because I need it to feel better. It’s my frame to express myself […] It’s my way of saying things to others. That’s all”. Hérard concedes that he does not analyse anything. While working, some things become obvious to him, such as the use of the buoy which pleased him visually. All his paintings are titled ‘cent titres’ (phonetically, it can mean ‘without a title’ or ‘one hundred titles’), leaving the interpretation free to all. However, Hérard’s work can sometimes be more abrasive. He did a series of portraits called “sutures”, in which faces are wounded, lacerated and sewn. This may unconsciously be a reference to Rustin’s disfigured humans.

Oddly enough, Hérard has only been a street artist since 2009: “I told myself I should try it out. So, very humbly, I put my gugusses and buoys in the street, which I painted on craft paper. I had something to show. It started out like that”. Before then, he was content with exposing his work in galleries. The street, however, offers a different creative experience. “It was quite odd at first, because I felt like I was doing something bad. I did it during the day. And then I was quite surprised, because people were very welcoming. This really motivated me. An exchange was taking place.” Hérard then discovered that people were taking pictures of his work, posting them online, asking who it was by (as he initially did not sign) and offering various interpretations. “I saw my gugusses in their environment. I had put them on the wall and said what I had to say. But people would convey another image. They would put a frame, insert a character and create a sort of canvas. It was funny for me to see my gugusses differently, in situ.”

IMG_1376Philippe Hérard’s atelier in Belleville, with bike, buoy and gugusses.

Street art is by its very nature contextual: putting up a piece on a wall alters the urban landscape. “What I like is the fact that, when I paste a “gugusse” on a wall, it’s unique. I create a shadow, and from that moment, the whole wall becomes a stage for my character. Creating perspective changes the wall into a canvas. It becomes part of my character.” The brown tint of the craft paper he uses blends in to the colour many Parisian walls are painted. “There’s nothing intentional, just like with the message. I just need to do it, that’s all. It’s like people who need to consult a shrink because it makes them feel better. It’s chance.” He tells us that street art allowed him to get out of his atelier and meet people: “when working in galleries, people come to see your work and it’s not the same crowd. Most people I see in the streets don’t go to galleries. It’s complementary, I guess. I see a much broader panel of viewers. Street art taught me a lot. It opened me up anyway”.

One of the traps some street artists are fearful of falling in is pleasing their ‘audience’ by serving them the same patterns or narratives over and over again. When asked about this, as well as the impact working in the street has had on his work, Hérard tells us he doesn’t plan on painting buoys his whole life. “The work I do in the street shouldn’t impair my work as an artist in general. I need to be careful and feel free to do what I want to do. I don’t think it’s something that’s restraining me at the moment, but I think about it a lot, because people often talk to me about me about my early work. I try to always have a little reference, but constantly offer something new,” he says.

IMG_4414Paste up by Philippe Hérard, rue des Couronnes in Belleville.

Philippe Hérard was exposed to art as a child when, following an accident in which he broke his leg, he was immobilised. One of his great uncles who happened to be a painter and a priest visited him during his recovery and initiated him to drawing. “I liked it, I felt it in my guts and from that moment on, I only did that.” Instead of going to summer camps like other 13-year-olds, Hérard would join his uncle in his 4L (a very typical Renault-built car from the 60’s) and paint landscapes along the Marne River, still life and wood-timbered houses. With this teaching, he gained an appreciation for impressionists and “classic” painters. After a short time spent in school, he came to Paris and studied illustration/design. Later, he worked with advertising agencies, but eventually quit to paint full time. He decided to stay in Paris, after developing a strong attachment to the capital, and later to Belleville. Hérard has been part of the Association des Artistes de Belleville for two years, and has taken part in the annual Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes de Belleville. “I told myself, after 20 years, I wanted to sign up and participate in a local activity, to be stamped.” In December 2014, he exposed some of his work at the gallery, Le cabinet d’amateur, in the 11th, alongside Levalet, Ender, Urbanus, and others: “I discovered their work, and then I met them. I wanted to share with them on a professional level.”

Apart from these local roots, we asked him about his work that has been pasted around the world, and if he adapted his message to the places he travelled to. He smiled and told us, “I don’t travel at all. People paste up my work in other places. It all stemmed from Eric Maréchal. He pastes up pieces all over the world. Now, he has an association; he only pastes things in difficult places like refugee camps or slums, to bring art into places where there isn’t any. People learned about this by word of mouth, and they come and find me and tell me they’re going abroad. They paste up my work and send me photos of it. I find it awesome, because without leaving home, I have my buoys in Tibet or God knows where.”

PH site 9Work by Philippe Hérard pasted up by Eric Maréchal, slum in Sao Paulo.

To see more of Philippe Hérard’s work, visit Joël Knafo gallery (11 September – 10 October 2015).

To learn more about Eric Maréchal and The Art Fabric: theartfabric.com

Posted on

Interview with Thomas Dityvon aka Mister Pee

IMG_0078Postcards, part of Mister Pee’s large portfolio.

Thomas Dityvon, or Mister Pee, has a thread to his superficially comic characters: “dark thoughts.”

“I can’t just do ‘free drawings’, I’m always looking for sense. When you have a combination of trees and a world that’s more organic, it means something. A way to struggle against the culture, that is, the city, the politics. This is why my characters are always wearing hats, because the hat or the tie, for me, represents politics, or big industrials – big bosses,” Pee says.

IMG_0561Mister Pee glues up his work in Paris’ 10th arrondissement.

Mister Pee - Thomas Dityvon street art paris

 

 

With a professional background as a graphic designer and illustrator, having been the comic strip illustrator for a popular kids magazine for years, Dityvon explains: “In France, the supermarket industry, this kind of culture, it’s very dangerous for our minds.”

IMG_0072

Based in the Paris suburb of Montreuil, where he lives in a modest house with a young family of his own, it’s easy to understand how he would he would arrive at his anti- stance. He goes on: “My work is about freedom, about the way you define your freedom, and the idea of not wanting to be a sheep.”

The way Dityvon relates his art to his worldly experience of the ‘big industrials’ befits street art, which is inherently political. It’s no surprise, also that when questioned on his influences, he name drops the Polish artist and art theoretician, Krzysztof Wodiczko, below, whose light projections onto city buildings and monuments use the power of context to inspire debate over issues of their time. Pee describes him as “stronger than Banksy”.

wodiczko-arch-001(1)

Krzysztof Wodiczko light projection, Washington D.C. (1988).

IMG_0538

However, Pee is no raving anarchist, and the world he creates through his illustrations is “… without a big discourse,” he explains. He sews in his beliefs about the ‘big bosses’ but the art is also another kind of journey, “just a way for me to draw, to find, and to experiment with shapes.”

His portfolio, with acrylic work, animation, and even paper toys, is evidence of his artistic breadth. With an early exposure to film and photography, as well as classic New York graffiti, Mister Pee soon became absorbed by offbeat imagery, incorporating it in his street art and always with a dimension of humour. “I always have to be sarcastic or to have the distance of hindsight, it’s having a critical regard, a critical view in the capacity of having some liberty of thinking, some distance regarding what you say. In other words, to not just leave something on the level of appearances.”

IMG_0589

The artist weaves political undertones into his illustration, but reiterates that his work concerns the return to nature, referencing Voltaire, and Rousseau amongst the Lumières from the Age of Enlightenment, “There’s the big myth of a culture against nature. This is the same idea…back to the tree!”

IMG_0070A watercolored illustration at Dityvon’s studio. 

———

Check out more of Mister Pee’s work at his website and his Facebook page.

Posted on

Interview avec Thomas Dityvon, alias Mister Pee

IMG_0078Des cartes postales, une partie du portfolio de Mister Pee.

Thomas Dityvon, ou plutôt Mister Pee, entretient une relation singulière avec ses personnages superficiellement comiques aux «  idées fumeuses ».

« Je ne peux pas juste dessiner sans réfléchir, je suis en recherche perpétuel de sens. Je trouve du sens dans une forêt d’arbres, par exemple, un monde toujours plus organique traduisant un retour à la terre. C’est une manière, pour moi, de lutter contre la « culture » de la ville, celle instaurée pas les politiques. C’est pour ça que mes personnages portent toujours des chapeaux. Pour moi, les chapeaux et les cravates représentent les politiques ou les gros industriels, les grands patrons » dit-il.

IMG_0561Mister Pee colle ses oeuvres dans le 10ème arrondissement.

Mister Pee - Thomas Dityvon street art paris

 

Avec une solide formation professionnelle de graphiste et d’illustrateur et après avoir été, des années durant, dessinateur d’une bande dessinée pour un magazine jeunesse populaire, Dityvon explique qu’ « en France, l’industrie agroalimentaire de masse, les supermarchés sont dangereux pour nos esprits ».

IMG_0072

Basé en banlieue parisienne, à Montreuil, il vit dans une modeste maison avec sa jeune famille. On comprend facilement comment il est arrivé dans cette position « à contre courant ». Il continue : « mon travail est une réflexion sur la liberté : comment tu définis ta liberté et l’idée de ne pas vouloir être un mouton ».

Le caractère politique inhérent au street art s’illustre parfaitement dans la manière dont Dityvon a choisi de traduire artistiquement sa perception de l’industrie capitaliste. De même, il n’est pas surprenant que lorsqu’on l’interroge sur ses influences, il fasse référence à l’artiste et théoricien polonais Krzysztof Wodiczko dont les projections lumineuses sur des immeubles et bâtiments puisent dans la puissance du contexte pour initier des débats sur l’actualité contemporaine. Pee le décrit comme « plus fort que Banksy ».

wodiczko-arch-001(1)

Krzysztof Wodiczko une projection de lumiere , Washington D.C. (1988).

IMG_0538

Mais attention, Pee n’est pas un anarchiste délirant et le monde qu’il imagine et colore dans ses illustrations est « sans prétentions ».

Certes, il y incorpore ses opinions politiques, mais il est conscient que son art est plus que ça. L’art est une autre histoire, « juste une manière de trouver à s’exprimer à travers les formes ». Son portfolio éclectique : œuvres acryliques, animés ou encore jouets en papier, est un témoignage de l’étendue de son panel artistique.

Ayant été, dès son plus jeune âge initié à la photographie et au cinéma, mais aussi sensibilisé au graffiti new yorkais old school, Mister Pee a rapidement été absorbé dans son imaginaire décalé, incorporant toujours une touche d’humour dans son street art. « Il faut toujours que je sois sarcastique… J’essaye toujours d’avoir une certaine sagesse qui me permet de garder un regard critique sur tout. Je garde mes distances pour rester libre de penser et de dire ce que je veux. Il s’agit d’aller toujours au delà des apparences ».

IMG_0589

A travers ses illustrations, l’artiste tisse donc des liens étroits entre ses personnages et les tendances politiques. Mais il tient tout de même à rappeler qu’au delà du « purement politique », son travail traite essentiellement du retour à l’état de nature, se référant à Voltaire et Rousseau et au siècle des Lumières. « Il y a une opposition légendaire entre culture et nature … C’est la même idée ! Le retour à la terre ».

IMG_0070Une illustration à l’aquarelle de Dityvon.

———

Pour plus d’informations, visitez son site web et sa page Facebook.

Posted on

Interview avec Intra Larue

Rue Denoyez Belleville Intra Larue Paris street art Intra Larue installs a work with the aid of a city rubbish bin at Rue Dénoyez in the Belleville quarter.

Text by Meredith Shanoski

La street artiste française Intra Larue a commencé à faire des sculptures en plâtre de ses seins pour rire. Elle a un travail alimentaire et n’a pas encore parlé de passe temps à son père. C’est assez surprenant compte tenu des 450 seins peints qui ont lentement ajouté de la couleur au gris de Paris.

Interview Intra Larue Paris street art - Underground Paris (1)

Elle s’est assise avec nous et a tiré une de ses sculptures de sein d’une chaussette avant de la placer sereinement sur la table entre nous. Ce fut difficile de ne pas rire, et elle avoue qu’une grande partie de son public a tendance à réagir de la même manière. Notre société a mis en lumière les seins de femmes d’une telle manière qu’en dehors d’un contexte sexuel, il est… quelque peu inconfortable, bizarre, tabou. Et pourtant, en tant qu’une part de l’anatomie féminine, il est tout à fait banal. Bien consciente des tabous, Intra Larue introduit dans la rue ses œuvres à la fois délicates, provocantes et progressistes.

Intra Larue Paris street art - rue denoyez - Underground Paris (3) Rue Dénoyez dans le 20ème arrondissement.

Le processus de création d’Intra Larue est une méditation sur la fragilité, la liberté et la couleur. Elle puise son inspiration dans son quotidien – d’anciens livres de typographie, de l’art nouveau et des ongles – mais elle se délecte plus à trouver les bons coins pour son travail, sur lequels elle garde un œil. Les boulevards et les murs bas sont exclus, alors elle grimpe – poubelles, poteaux, tuyaux échelles – elle fait tout pour permettre à ses sculptures d’être vues et qu’elles ne soient pas enlevées. L’emplacement est primordial, et c’est pour cela qu’elle évite les écoles et les édifices religieux.

Intra Larue Paris street art - Underground Paris (4)L’artiste utilise une colle légère par anticipation quand elle suspecte que ses pièces devront peut-être être déplacées.

Intra Larue Paris street art - belleville - Underground Paris (5) Intra Larue Paris street art - parc de belleville - Underground Paris (8)Un des seins d’Intra Larue in situ en haut du parc de Belleville.

Intra Larue Paris street art - parc de belleville - Underground Paris (7)   Intra Larue Paris street art - oberkampf - Underground Paris (9)Oberkampf dans le 11ème arrondissement de Paris : même petites, les sculptures  apportent des couleurs inattendues aux coins de la ville terne.

Intra Larue Paris street art - oberkampf - Underground Paris (6)

Intra Larue a moulé ses premiers seins avec le plus fort et le plus durable des plâtres, mais après que la majorité de ses installations initiales aient été volées ou retirées, elle s’est tournée vers un plâtre plus délicat. Comme ils sont presque impossibles à voler sans les détruire, la fragilité de ses seins protège leur intégrité. En outre, l’artiste justifie son désintérêt pour les commissions ou les expositions en galerie, expliquant qu’une influence extérieure en ôte sa sincérité. « Pourquoi ne pas tirer profit de ses œuvres ? » , nous lui demandons, mais ni l’argent, ni aucune tentative de vol ne fera main basse sur ses seins insaisissables; c’est sa petite victoire.

Intra Larue Paris street art - place maurice chevalier - Underground Paris (2)Œuvre sur la place Maurice Chevalier dans le 20ème arrondissement.

——-

Pour vois son répertoire d’œuvres, allez voir le Flickr d’Intra Larue.

Contribuez avec vos propres images des seins d’Intra Larue sur sa page Facebook.

Posted on

Interview with Intra Larue

Rue Denoyez Belleville Intra Larue Paris street art Intra Larue installs a work with the aid of a city rubbish bin at Rue Dénoyez in the Belleville quarter.

Text by Meredith Shanoski

French street artist Intra Larue started casting plaster sculptures from her breasts as a joke. She works a day-job and hasn’t told her father about the endeavour yet, which is surprising because with 450 painted breasts and counting, her sculptures are slowly giving flecks of colour to a grey Paris.Intra Larue Paris street art - Underground Paris (1)

She sits down with us and pulls her breast sculptures from socks before casually placing them on the coffee table between us. It’s hard not to laugh, and she attests that much of her audience’s reaction is similar. Our society has rendered the female breast in such a light that outside of a sexual context it is… well, a bit uncomfortable, bizarre, taboo. And yet, as a part of the female anatomy, it’s as normal as the next thing. Well aware of the taboos, Intra Larue takes to the streets with her delicate yet provocative, forward-thinking works.

Intra Larue Paris street art - rue denoyez - Underground Paris (3) Rue Dénoyez in the 20th arrondissement.

Intra Larue’s process is a meditation on fragility, freedom, and colour. She draws on inspiration from her quotidian—old typography books, Art nouveau, and fingernails—but revels most in finding the right corners for her work, for which she has curated an eye. Boulevards are out, as are most low spaces, so she climbs— rubbish bins, poles, pipes, ladders—anything to allow the sculptures to be seen and not touched. Placement is paramount, and for that she is attentive to avoid school grounds and religious buildings.

Intra Larue Paris street art - Underground Paris (4)The artist uses a lighter glue in anticipation when she suspects pieces may need to be removed

Intra Larue Paris street art - belleville - Underground Paris (5) Intra Larue Paris street art - parc de belleville - Underground Paris (8)One of Intra’s breasts stuck insitu at the top of Parc de Belleville.

Intra Larue Paris street art - parc de belleville - Underground Paris (7)   Intra Larue Paris street art - oberkampf - Underground Paris (9)Oberkampf in Paris’ 11th arrondissement: however small, the sculptures bring unexpected colour to drab city corners.

Intra Larue Paris street art - oberkampf - Underground Paris (6)

Intra Larue cast the first sets of breasts with the strongest, most durable plaster, but after the majority of her initial installations were stolen or dismantled, she shifted to using a more delicate plaster. As they are nearly impossible to steal without destroying, the fragility of her breasts protects their integrity. Further, the artist justifies her disinterest in commissions or gallery exhibitions, explaining that outside influence would extract its candour. “Wouldn’t she want to capitalise on her opportunities?” we ask, but as of late no money nor attempt to steal will obtain one of Intra Larue’s elusive breasts, which is her small victory.

Intra Larue Paris street art - place maurice chevalier - Underground Paris (2)Work at Place Maurice Chevalier in the 20th arrondissement.

——-

To see her repertoire, check out Larue’s Flickr.

Contribute your own images of Intra’s breasts at her Facebook page.

Posted on

Des graffitis sur la Place de la République

Graffiti Place de la République Cafe de Monde et Média La place de la République est un lieu de vie important pour la communauté parisienne ainsi que pour les touristes qui visitent la capitale; c’est aussi une place populaire pour les skateboardeurs, les musiciens et les sans abris.

Sur la place de la République, après qu’un incendie accidentel se soit déclaré au Café Monde et Média, un panneau d’affichage de trois mètre de haut a été érigé le temps des réparations. Pour le décorer, les services de la mairie de Paris ont fait appel à un galeriste qui a contacté un groupe d’artistes.

Cette oeuvre ne devait pas inclure de messages politiques ou religieux. C’est pourquoi nous avons juxtaposé les messages hautement politiques ornant la statue de la République, avec les photos du mur. Voici une interview sur le nouveau projet de graffiti avec l’un des artistes et un journaliste vétéran du graffiti, Nicolas Gzeley de  Spraymium Magazine.

graffiti Place de la République Alëxone, Hobz, Sowat, Nebay Le travail d’Alëxone, Hobz, Sowat, Nebay sur le panneau d’affichage autour du Café Monde et Média, Place de la République.

Quelle est la différence entre le graffiti et le street art ?

Le graffiti et le street art sont deux mondes différents mais qui partagent une forte connexion. Beaucoup d’artistes graffiti de ma génération, y compris moi-même, sentent qu’ils sont à la frontière entre ces deux mondes. Pour moi, la différence majeure est que le graffiti s’impose de lui-même, peu importe comment  : il parle de la liberté, de la peinture ou de l’écriture, et le « ce que tu penses m’est égal, tu n’es pas un artiste graffiti, tu peux aimer ou pas ». Le street art se focalise davantage sur des propositions, des questionnements ou la séduction du public. Les artistes graffiti peignent pour leurs pairs avec un esprit de compétition. Les street artistes peignent pour les gens, la seule compétition pour les street artistes est combien de likes ils ont sur Facebook ou Instagram, bien que cela doit certainement être vrai aussi pour les artistes graffiti. Je n’essaie pas d’opposer le graffiti au street art, j’aime les deux, et je déteste les deux. Les artistes qui ont peint ces murs viennent tous de la culture graffiti.

Pourquoi les artistes graffiti ressentent souvent le besoin de peindre dans des lieux publics et privés illégalement ?

Beaucoup d’artistes sur ce mur de République continuent de peindre illégalement, certain continuent dans le style hardcore [street bombing] d’autres continuent illégalement mais comme il faut. Peindre illégalement est une garantie de liberté dans la création, contrairement aux murs commissionnés où l’on est obligé de peindre d’après une demande spécifique. Pour beaucoup d’entre nous qui peignons depuis 20 ans, c’est une passion, donc on ne veut pas que quelqu’un nous dise ce qu’il faut peindre. Dans ce cas, peindre illégalement reste la meilleure solution, jusqu’à ce que quelqu’un te demande de peindre un mur légalement et te garantit une liberté totale, mais ceci arrive rarement. Habituellement, quand quelqu’un te demande de peindre un mur, il a des indication à donner sur la pièce que tu dois peindre.

graffiti Place de la République Je suis charlie Charlie HebdoPoster en soutien à Charlie Hebdo, et les dessinateurs qui ont été tués dans l’attaque, collé sur la statue de la République.

graffiti Place de la République Katre, Lek, Nebay, Swiz, Sowat, AstroŒuvre de Katre, Lek, Nebay, Swiz, Sowat, Astro.

Les graffitis à Paris sont traditionnellement peints dans les tunnels du métro et dans les terrains vagues, particulièrement à Stalingrad (pas loin de République), mais maintenant on en trouve aussi dans les institutions et les galeries d’art. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette évolution ?

Quelques expositions de graffiti ont été soutenues par des institutions ou des galeries d’art dès le début mais depuis 10 ans, cette relation a gagné en force. Pour la majeure partie des artistes graffiti, cependant, ça n’a rien changé. Il y a beaucoup d’artistes que ça n’intéresse pas. Ceux qui essaient d’en faire une carrière ont eu à s’adapter à un nouveau monde, avec ses propres lois. Exposer des graffitis dans une galerie doit être fait de manière intelligente, pas comme quelque chose de spectaculaire, ou comme un produit. Les artistes qui veulent prendre part à ce jeu doivent penser davantage à ce qu’ils font, à propos du fait de peindre dans la ville, et trouver une nouvelle manière d’exposer et de l’expliquer. Si tu es focalisé sur ton style, tu n’es pas dans l’art : tu es bon pour trouver une petite galerie qui essaie uniquement de vendre des toiles colorées à des gens stupides sans culture du graffiti ni de l’art.

graffiti Place de la RépubliqueGraffiti sur la statue de la Rébublique.graffiti Place de la République Seth, Nebay, Kanos, Astro Œuvre de Steh, Nebay, Kanos, Astro.

Peux-tu expliquer le lien entre les artistes qui ont été invités à travailler sur ce projet et le système utilisé pour l’entrelacement de tous ces travaux disparates ?

Katre et la galerie Wallworks sont à la base de ce projet. Ils ont demandé à la team FrenchKiss (composée de Lek, Hobz, Liard, Swiz, Alëxone, Sowat et moi-même) de peindre le mur, en rassemblant plusieurs artistes de générations différentes. J’ai l’habitude de peindre dans la rue illégalement avec le collectif FrenchKiss, le plus souvent dans le style abstrait, freestyle et dans l’improvisation, où tout le monde mélange son travail avec celui des autres. Pour ce mur, nous avons dessiné quelque croquis pour donner à chacun son propre espace de travail. Chacun fait son propre truc et ensuite nous essayons de mélanger nos styles en entrelaçant nos travaux. Finalement le résultat n’est pas très « FrenchKiss »,  mais plutôt un mélange entre différents styles et le graffiti classique.

graffiti Place de la République liberte expression Depuis l’attaque contre Charlie Hebdo en janvier, la statue a été utilisée pour afficher un éventail du graffiti, évoquant principalement la liberté d’expression.graffiti Place de la République Legz, Sowat, Swiz, Lek Œuvre de Legz The Spaghettist, Sowat, Swiz, Lek.

Pourquoi es-tu connu comme Legz The Spaghettis et peux tu nous en dire un peu plus sur ta relation avec la peinture en extérieur opposée à celle sur toile ?

Mon travail est focalisé sur la peinture dans les endroits abandonnés, donc je n’ai pas beaucoup de temps pour peindre des toiles. Mon travail se centre sur des liens avec l’architecture. J’aime faire partie de l’histoire d’un lieu, d’un immeuble ou d’une usine juste avant sa destruction, être une partie de la vie d’une ville, révéler le passé par la peinture. Donc quand je peints sur une toile, il manque quelque chose. Ça devient juste un exercice de style. Comme je l’ai dit plus tôt dans l’interview à propos d’être uniquement focalisé sur le style.

graffiti Place de la République charlie hebdo graffiti Place de la République Arnaud Liard, Popay, Hoctez Œuvre d’Arnaud Liard, Popay, Hoctez.Je suis charlie graffiti Place de la République stencil pochoir Pochoir Je suis Charlie sur la statue de la République.Place de la République graffiti Lek, Arnaud Liard, Sowat, Swiz, Nebay Cafe de Monde et Média Œuvre de Lek, Arnaud Liard, Sowat, Swiz, Nebay.

Cafe de Monde et Média graffiti Place de la République Underground Paris Liste des artistes participants à l’œuvre sur les quatre murs entourant le Café Monde et Médias.

Charlie Hebdo demonstration Place de la RépubliqueManifestation sur la Place de la République, après les meurtres perpétrés contre Charlie Hebdo en janvier de cette année.

Pour découvrir plus sur la culture française et le street art, nous vous recommandons de lire Spraymium Magazine, édité par Nicolas Gzeley.

Posted on

Graffiti at Place de la République

Graffiti Place de la République Cafe de Monde et Média The Place de la République acts a focal point for the local and city-wide community, and visiting tourists, and is a popular place for skateboarders, musicians, and the homeless.

At Place de la République, after an accidental fire ruins the newly built Cafe Monde et Média, a three-metre high hoarding is erected which a select group of established Parisian graffiti artists are invited to decorate. The order from the Mairie de Paris is that the decorations should be apolitical.

We’ve juxtaposed photos of these sanctioned artworks, and an interview with one of the participating artists – and veteran graffiti journalist – Nicolas Gzeley, editor of Spraymium Magazine, with images of the politicised messages graffitied onto the Statue de la République, itself.

graffiti Place de la République Alëxone, Hobz, Sowat, Nebay Work by Alëxone, Hobz, Sowat, Nebay on hoardings placed around the Cafe Monde et Médias, Place de la République.

What is the difference between graffiti and street art?

Graffiti and street art are two different worlds with strong connections. Many graffiti artists of my generation, including me, feel like they’re between these two worlds. To me, the main difference is that graffiti imposes itself, no matter what. It’s about freedom, about painting or writing something, and the, “I don’t care what you think if you’re not a writer, you can like it or not”. Street Art is more about proposing, questioning or seducing people. Graffiti writers paint with a competitive mindset. Street artists paint for people, the only competition for street artists is how many Likes they get on Facebook or Instagram. Although, certainly, this can be true for graffiti writers, too. I’m not trying to oppose graffiti and street art, I like both, and I hate both. The artists who have painted these walls are all from the ‘graffiti culture’.

Why do graffiti artists often feel the need to paint public and private property illegally?

Many artists on this wall at République still paint illegally, some of them still paint in a hardcore way [street bombing] others paint illegally, but nicely. Painting illegally guarantees the freedom to paint what you want, as opposed to commissioned walls where you have to paint what’s asked of you. Many of us have been painting for more than 20 years, and it’s about passion, so we don’t want to be told what to paint. In this case, the illegal way is still the best way, until someone asks you to paint a wall legally and guarantees you total freedom, but this rarely happens. Usually, when someone asks you to paint a wall, they have something to say to you about the piece you should paint.

graffiti Place de la République Je suis charlie Charlie HebdoPosters in support of Charlie Hebdo, and the cartoonists who were killed in the attacks, pasted onto the Statue de la République.graffiti Place de la République Katre, Lek, Nebay, Swiz, Sowat, AstroWork by Katre, Lek, Nebay, Swiz, Sowat, Astro.

Graffiti in Paris has traditionally been painted in the metro tunnels and wastelands, especially at Stalingrad (near République), but now it’s also being done with the support of institutions such as the Paris townhall, and private art galleries. Can you tell us a bit about this evolution.

Some Graffiti shows have been supported by institutions or private galleries since the beginning. Over the last decade the affiliation has gained strength, but for most graffiti writers it doesn’t change anything. For many writers, they just don’t care. Artists who are trying to do it as a career have to adapt themselves to a new world, the art world, with its own rules. Showing graffiti in a gallery setting has to be done in an intelligent way, not as something spectacular, nor just as a product. Writers who want to play this game have to think more about what they are doing, about the act of painting in the city, and finding new ways to show and explain that. If you’re only focused on your style, you’re not about the art ; you’re better off  finding a cheap gallery which is only trying to sell colourful canvases to stupid people without any knowledge of graffiti culture or art culture.

graffiti Place de la RépubliqueGraffiti on the Statue de la République.graffiti Place de la République Seth, Nebay, Kanos, Astro  Work by Seth, Nebay, Kanos, Astro.

Can you explain the link between the artists who have been invited to work on this project, and the system used for interlacing all the disparate works.

Katre and the Wallworks gallery are at the root of this project. They asked the FrenchKiss team (including Lek, Hobz, Liard, Swiz, Alëxone, Sowat and me) to paint the wall, bringing together different writers from different generations. The FrenchKiss collective is used to painting in the streets, illegally, mostly in an abstract way, freestyling, improvising; everyone mixes their work with the others. For this wall, we drew some shapes to give each writer their own space. Everyone did their own thing and then we all tried to mix our styles by interlacing our work. Finally, the result is not very “FrenchKiss”, rather a blend between different styles and a classic graffiti jam.

graffiti Place de la République liberte expression Since the Charlie Hebdo attack in January the statue has been used to display a spectrum of graffiti mainly relating to freedom of expression.graffiti Place de la République Legz, Sowat, Swiz, Lek Work by Legz The Spaghettist, Sowat, Swiz, Lek.

Why are you known as Legz The Spaghettist ? And can you tell us a little about your relationship to painting in the outdoors as opposed to on canvas ?

My work is focused on painting in abandoned places, so I don’t have much time to paint many canvases. My work is about connecting with architecture, being a part of the history of a place, a building or a factory just before its destruction, being a part of the life of the city, revealing the past through painting. So when I paint on a canvas, something is missing, it becomes focused just on style, like I said earlier in the interview.

graffiti Place de la République charlie hebdo graffiti Place de la République Arnaud Liard, Popay, Hoctez Work by Arnaud Liard, Popay, Hoctez.Je suis charlie graffiti Place de la République stencil pochoir “Je Suis Charlie stencil” on the Statue de la République.Place de la République graffiti Lek, Arnaud Liard, Sowat, Swiz, Nebay Cafe de Monde et Média  Work by Lek, Arnaud Liard, Sowat, Swiz, Nebay.

Cafe de Monde et Média graffiti Place de la République Underground Paris List of participating artists with work on the four walls surrounding the Café Monde et Médias.

Charlie Hebdo demonstration Place de la RépubliqueDemonstrations at Place de le République, following the Charlie Hebdo murders in January of this year.

To discover more on French graffiti and street art culture, we recommend reading Spraymium Magazine, edited by Nicolas Gzeley.

Posted on

Interview avec Levalet

Levalet Street art Paris

Parlez-nous un peu de vos travaux, quels sont les thèmes principaux ? Par quoi avez-vous été influencé ?

Je ne sais pas si l’on peut parler de “thèmes principaux” dans mes travaux, je travaille sur des mises en scène du dessin dont les thèmes sont différents à chaque fois. Mes influences sont multiples, elle vont du théâtre au cinéma, des arts plastiques à la bande dessinée. Après, je travaille avant tout à partir de lieux de vie urbains dont l’iconographie de mes scènes découle forcément. J’exploite la plupart du temps des scènes tirées d’un quotidien fantasmé, toujours un peu en décalage par rapport à la réalité.

Levalet Street art ParisL’ancien Quartier latin sur la rive gauche à Paris dans le 5e arrondissement.

Où et quand avez-vous fait votre première oeuvre de rue ?

J’ai commencé à peindre sur les murs vers 13-14 ans en Guadeloupe, mais c’était alors beaucoup plus m’amuser et pour l’adrénaline que dans un but artistique. A 17 Ans, je suis parti vivre à Strasbourg, ville dont les murs sont tellement propres et chargés d’histoire que peu sont prompts à s’y attaquer mais travaillant à l’époque sur des installations vidéo, j’ai pu faire quelques expérimentations de projections en milieu urbain. Mais c’est en arrivant à Paris en 2012 que j’ai véritablement commencé mon travail de dessin de rue, inspiré par l’architecture et par le sentiment de liberté qui se dégage de la capitale.

Qu’est ce qui vous pousse à peindre dans la rue ?

La rue est un espace qui me permet avant tout de travailler librement, sans contraintes pécuniaires ou temporelles. Ensuite c’est surtout l’envie d’investir des lieux d’usage, des lieux du quotidien et de pouvoir ainsi faire des installations qui dialoguent avec le monde réel. J’aime l’idée de tenter de confondre plusieurs degrés de réalité, utiliser le monde comme support et comme guide pour une représentation, mettre l’image artistique en situation, dans un lieu qui ne lui est à priori pas réservé.

Quelle est l’importance de l’architecture dans votre travail ? 

La topographie des lieux est très importante pour moi, c’est pourquoi je repère toujours un lieu avant d’y intervenir. Je cherche à mêler le monde de la représentation au monde réel en jouant sur la cohésion physique des situations que je mets en place. L’architecture agit comme le tuteur de l’œuvre. Il y a ensuite en effet tout un travail sur la mise en scène de l’œuvre via l’outil photographique. La photo me permet de jouer sur le point de vue et d’accentuer ainsi la dimension “trompe l’œil” de mon travail. La photo me permet aussi, en incluant des passants ou d’autres éléments dans l’image de travailler sur une mise en scène dans la mise en scène.

Parlez-nous de votre éducation artistique. Comment et pourquoi êtes-vous entré dans le monde du street art ? 

J’ai commencé des études d’arts plastiques à 17 ans, touché un peu à toutes les techniques (peinture, photo, vidéo, sculpture…) et je suis aujourd’hui professeur d’arts plastiques mais comme je le disais plus haut mes influences artistiques sont multiples et ma pratique théâtrale a par exemple beaucoup influé sur mon travail. Disons que je suis plus entré dans le monde du street art par transposition d’une pratique d’installation que de manière “classique”, c’est-à-dire en commençant par le graffiti et en évoluant vers le graphisme.

Levalet Street art Paris Levalet Street art Paris Levalet Street art Paris

Vous habitez dans le 13è : qu’est ce qui vous plait dans le fait d’installer votre travail localement ?

Je travaille parfois dans mon arrondissement, pas fréquemment mais régulièrement. J’aime de temps à autre pouvoir suivre la vie d’une œuvre, ses transformations, les interventions d’autres artistes et sa destruction. C’est aussi un confort pour moi car c’est le seul arrondissement de Paris dans lequel je peux coller en toute impunité et dans lequel mes collages ne sont pas effacés par les services municipaux grâce à sa mairie qui mène une vraie politique d’inclusion des arts urbains dans l’identité du quartier.

Quelles rues empruntez-vous pour trouver où faire de l’art ? Comment savez-vous quand l’emplacement est le bon et quels sont les facteurs que vous prenez en compte ?

Je suis relativement attentif aux lieux dès que je suis à l’extérieur et quand le hasard me met face à un lieu intéressant, je le prends en photo et je prends des mesures. Tout est potentiellement intéressant, une tache sur le béton, une fissure, un renfoncement, un élément de mobilier urbain… Après, le fait que j’utilise ou pas le lieu repéré dépend des projets que j’échafaude au jour le jour. Il y a des lieux que j’ai repéré que je n’exploiterai probablement jamais et il peut se passer un an entre le repérage du lieu (que je sauvegarde en entassant des gribouillages dans des carnets) et la mise en œuvre d’un projet dans celui-ci. Quand je fais du repérage volontaire, c’est-à-dire que je sillonne des quartiers uniquement dans ce but, je me dirige naturellement vers les ruelles, les endroits un peu cachés, les quartiers atypiques et je fuis les grands boulevards.

Levalet Street art Paris Levalet Street art Paris

Pouvez-vous décrire un chemin que vous avez pris dans le passé, ou un chemin de tous les jours, décrire les détails que vous remarquez le long de cette route ?

Je pense  que ce que je préfère, c’est encore de remonter les différents cours d’eau de paris, les quais de seine, le canal saint martin, le canal de l’Ourcq. Les cours d’eau offrent toujours des éléments d’architecture et des espaces qui semblent totalement étrangers au quotidien d’une mégalopole comme Paris. J’aime ces lieux car il m’inspirent facilement des situations surréalistes. La proximité d’un cours d’eau, dans un sens, me conforte dans l’illusion que je reste connecté au reste du monde.

Quel est le plus gros challenge auquel vous ayez fait face en installant une oeuvre dans la rue ? Avez-vous déjà été arrêté par la police en installant une oeuvre ?

Dans ce sens, il y a deux mois, j’ai collé un dessin sur la comédie française à 20 mètres d’une dizaine de policier. Je ne me suis pas fais remarquer cette fois-là, mais à chaque fois que ça a été le cas, les policiers ont toujours été conciliants, parfois amusés. Sur ce plan là je n’ai pas à me plaindre! Ceci dit, je n’ai pas vraiment l’impression de faire face à un challenge en étant confronté aux forces de l’ordre, j’ai beaucoup plus l’impression de relever un défi quand je me lance dans un projet dans lequel j’essaye de nouvelles choses car avant la fin de l’installation, je ne suis jamais sur à 100% du résultat. Je suis d’ailleurs obligé de modifier mes projets la moitié du temps car je me rends compte sur place que par exemple, tel dessin est trop grand pour tel mur ou que tel objet ne peux pas être fixé avec des clous.

Quels sont vos projets pour 2015 ?

J’ai quelques expositions collectives prévues à Paris, une expo et deux festivals en Italie et surtout de l’imprévu! J’ai aussi quelques projets d’installation en intérieur mais pour l’instant, rien de bien défini.

Levalet Street art Paris

————–

Levalet Paris15 minutes of fame. Photo par Charles Levalet, 2014.

Levalet ParisRhizomes exhibition, Home street home, Montpellier. Photo par Charles Levalet, 2014.

Levalet Street art ParisIconoclasme. Photo par Charles Levalet, 2013.

Levalet Street art ParisLa machine infernale. Photo par Charles Levalet, 2014.

Levalet Street art ParisUne bouffée d’air frais. Photo par Charles Levalet, 2013.

Levalet Street art Paris Comédie française. Photo par Charles Levalet, 2014.

Levalet Street art ParisEnvolée sauvage. Photo par Charles Levalet, 2014.

————-

Visitez la page Facebook de Levalet, ici.