Photos

Qui nous sommes

– Street Art Paris est un documentaire écrit et audiovisuel sur d’authentiques œuvres d’art publiques auto-autorisées réalisées par des artistes qui transcendent la catégorisation par genre, et présente d’autres matériaux réalisés par des artistes qui ont dans le passé produit des œuvres d’art publiques auto-autorisées. En savoir plus ici;

– le tout premier article que nous avons publié couvrait une vague d’œuvres d’art au pochoir de Nick Walker, originaire de Bristol, dans lequel l’artiste parle d’une querelle alors célèbre qu’il avait eue avec un autre pochoiriste bristolien bien connu ;

– presque toutes les œuvres auto-autorisées que nous avons photographiées depuis le lancement de Street Art Paris en 2012 ne sont plus parmi nous ;

– nous soutenons notre photojournalisme artistique en nous associant à des artistes français et brésiliens, des critiques d’art et des conservateurs, des agences de production de contenu de marque, et nous pouvons mettre à votre disposition des équipes offrant les services suivants : critique d’art et conservation de qualité muséale, scripts de contenu de marque originaux, journalisme et photographie d’art de rue de marque.

Profitez de la balade, tant que vous le pouvez !

Bilal Bereni (Zoo Project)

Bilal-bereni-fresque-mural-graffiti-street-art-Paris-Blvd-de-la-Villette-IMG_2190-copy-800px

Bilal-bereni-fresque-mural-graffiti-street-art-Paris-Blvd-de-la-Villette-IMG_2188

Blvd de la Villette, Paris 10.

En mars et avril 2011, Zoo Project s’est rendu à Tunis, où il a créé une série d’images poignantes représentant les luttes politiques de l’époque. Parmi ses œuvres les plus remarquables de cette période, on compte 40 figures grandeur nature rendant hommage aux personnes qui ont tragiquement perdu la vie lors du soulèvement tunisien.

zoo-project.com

Philippe Hérard

philippe herard belleville paris - underground paris

Rue de Savies, Paris 20.

Rue de Savies, Paris 20.

Il y a bien des lunes, Street Art Paris interviewait Philippe Hérard, que vous pouvez retrouver sur notre blog. Si vous vous êtes déjà aventuré dans le quartier de Belleville, dans Paris 20e, soyez sûr d’avoir croisé au moins un des nombreux guguesses de Philippe Hérard. Toutes ses peintures sont intitulées Cent titres (phonétiquement, cela peut signifier « sans titre » ou « cent titres »), laissant l’interprétation libre à chacun. L’œuvre est dérivée du peintre français Jean Rustin, mais avec une touche authentique et pas seulement parce que l’œuvre est placée à l’extérieur.

phherard.com

Invader

Invader centre pompidou mosaic street art paris

Place Georges Pompidou, Paris 4.

Paris’ revered artistic export, Space Invaders, or Invader for short, has been diligently pixelating urban landscapes since 1998. Inspired by the iconic video game designed by Tomohiro Nishikado in 1978, Invader’s unsanctioned interventions have earned him a reputation as a true urban maestro. While Paris serves as his primary canvas, Invader’s mosaics have graced cities worldwide, showcasing his global influence. Notably, he even launched a mosaic into space, solidifying his status as one of the most influential street artists in history. Just as Space Invaders revolutionised gaming, Invader has reshaped the landscape of contemporary street art.

space-invaders.com

Alexandrine Gautier née Deshayes

alexandrine deshayes gautier street art paris

Rue du Faubourg du Temple, Paris 10.

Alexandrine Deshayes utilise l’imagerie médiatique comme sujet de ce tableau. Selon ses propres mots : « Ce sont comme des pauses sur le flux médiatique et mondialisé qui proposent de voir ces fragments d’images, d’hier ou d’aujourd’hui, porteurs de ces mêmes signes que sont la violence, la souffrance, le désespoir, la révolte ou l’indifférence. »

alexandrine-deshayes.com

Miss Tic

miss tic art rock street art paris

‘Art Rock’ auto-portrait, Rue de la Butte aux Cailles, Paris 13.

Poète, plasticienne, Miss.Tic développe un univers pictural et poétique qu’elle imprime au pochoir sur les murs de Paris depuis 1985.

missticinparis.com

Nasty Neckface

Quai de l’Oise, Paris 19.

« Ma famille construisait une maison hantée bien avant ma naissance. Chaque Halloween, nous créons une maison hantée. Nous nous habillons tous, nous avons aménagé toute la maison, sans jamais rien facturer, nous l’avons juste fait parce que nous aimions ça. Et puis j’ai commencé à faire des shows de plus en plus grands. Je me suis demandé comment vais-je m’approprier cette exposition, comment vais-je rendre cette exposition d’art différente de celle des autres. Qu’est-ce que je vais faire, avoir un groupe de gens riches qui viennent siroter du vin et regarder mes œuvres ? WTF, non – je vais d’abord effrayer ces gens. Mettez-les dans le bon état d’esprit, et au moment où ils entrent dans la galerie, ils se disent que tout cela a du sens. C’est une affaire de famille, faire peur aux gens, alors regardez mes œuvres. »

@nastyneckface

The Sheepest

sheepest-artist street art-colorine-paris-18 grenoble street photography consumerism art engagé social practice IMG_2154

La Chapelle, Paris 18.

The Sheepest est une critique sociale, une allégorie du consumérisme. La simplicité de la tête de mouton, coupée au niveau du cou pour l’adapter à l’environnement bâti non naturel, est de l’existentialisme pur. L’importance de l’individu, l’importance du choix, du sens et de l’absurdité. Le mot sheep ressemble au mot cheap, et est est le participe à la troisième personne du verbe français, être, qui signifie être. L’auteur ajoute souvent la phrase pour couvrir les yeux du mouton, « jesuisceuxquejesuis ». Suis étant le participe à la première personne singulier d’être et la première personne singulier de l’indicatif et deuxième personne singulier de l’indicatif et de l’imperative de suivre. Produits de masse bon marché que nous consommons comme des moutons.

Valse Noire

Valse Noire street art Rue Dénoyez Paris 20

Rue Dénoyez, Paris 20.

« Des dessins méchants pour les esprits méchants. »

@valsenoire

Saïr777 & Repaze

street art gallery La Frichez Nous La Paix par Saïr777 & Repaze Rue Dénoyezv Paris 20 7

Exposition à l’espace projet de l’association Friche&Nous, La Paix , Rue Dénoyez, Paris 20.

sair777

Kouka Ntadi

 Kouka-Ntadi-Jardin-du-Carre-de-Boudouin-Paris-20-

Jardin du Carré de Boudouin, Paris 20.

Kouka est issu d’un milieu familial privilégié d’une part : fils d’un dramaturge et d’un artiste, et petit-fils d’un peintre impressionniste français de renom. Mais d’un autre côté, l’un de ses parents est congolais. Son appartenance ethnique n’est pas simple et le message de son travail axé sur l’archétype du guerrier bantou porte enfoui dans son ADN une extraordinaire chasse à l’identité dans une société qui subordonne la philosophie de son homme africain subsaharien.

kouka.me

Christian Guémy (C215)

Curie Pantheon C215 Christian Guémy street art parisRue d’Ulm, Paris 5.

Tout autour du 5ème arrondissement de Paris, des visages grands et petits sont parsemés dans les rues et ils regardent les piétons qui se baladent dans le quartier du Panthéon. Voilà l’endroit que l’artiste de la rue C215 choisit pour exposer sa série de 28 portraits de personnalités illustres de l’histoire de la France, en utilisant des murs, des portes et des boîtes aux lettres comme sa toile. Chacune de ses figures ont été honorées dans le Panthéon, une église impressionnante dont le but a été redéfini pendant la révolution qui donc maintenant fonctionne comme un mausolée pour les citoyens les plus célèbres de la France.

c215.fr

Leiga

leiga paints at ZAT - Zona Autônoma Temporária artist residency Sao Paulo - street art paris

Originaire de Sao Paulo, le street artiste Leiga a séjourné quelques jours à Paris. Nous l’avons rencontré et avons peint quelques murs dans les 20e et 13e arrondissements. Le travail de Leiga est centré autour de ses «bulles» qu’il décrit comme un «mélange de cellules … à la fois concrètes et abstraites». Pour vous donner une idée, il est arrivé que des passants comparent son art à la prise d’une pilule magique qui vous ferait entrer, comme Alice, au pays des merveilles. Nous connaissons Leiga pour avoir visité São Paulo lors de sept voyages en tant qu’artistes-documentaristes.

leiga.me

Combo Culture Kidnapper

Combo CK artist pasting up street art paris IMG_1397

Artiste musulman-chrétien libano-marocain-français, Combo s’est rendu à Beyrouth avec Street Art Paris en 2014, peu de temps avant de se faire tabasser alors qu’il travaillait dans la rue et les meurtres de Charlie Hebdo. L’artiste s’est rendu à Beyrouth en 2014 peu avant les meurtres de Charlie Hebdo. Street Art Paris a encouragé l’artiste à visiter la ville pour entreprendre une résidence d’art à Mansion, une villa ottomane du XIXe siècle gérée comme un espace coopératif par un groupe d’artistes, de designers et de militants éduqués, dirigé par un ancien professeur de dessin à l’Université américaine et militant d’architecture à Beyrouth, Ghassan Maasri, et la chercheuse politique française devenue danseuse et professeur de yoga, Sandra Iché. Combo a passé un mois dans cet espace et s’est connecté aux racines chrétiennes libanaises de son père, retournant à Paris pour commencer à mettre en place le slogan «Coexist».

M.Chat aka Monsieur Chat

 Monsieur Chat Paris street art Montmartre IMG_9038Montmartre, Paris 18.

L’artiste a peint pour la première fois son chat du Cheshire souriant dans l’espace public d’Orléans en 1997. Le chat est peint sur les toits, l’artiste se tient en équilibre précaire sur les cheminées et les gouttières. M. Chat est sa façon de communiquer, voire d’exister, d’après une interprétation du film Chats Perchés (2004) du réalisateur français d’art et d’essai, feu Chris Marker.

L’artiste est excentrique et a vécu pendant la décennie à 2007 sur les allocations de chômage. Il anime des ateliers pour enfants défavorisés, enseignant ce qu’il a appris et développé à partir de deux genres artistiques : le post-graffiti et le pop art.

La poésie n’empêche pas le chat d’être utilisé à des fins politiques manifestes. L’image du chat a été utilisée sur des pancartes lors de manifestations contre la guerre en Irak et le Front national français, lors du second tour des élections présidentielles entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen en 2002.

Le chat a été accueilli par l’établissement, par exemple par le Musée des Beaux-Arts d’Orléans. L’artiste a progressivement pu joindre les deux bouts de son art, notamment en participant à des résidences d’artistes rémunérées.

L’artiste parle de son travail comme suit :

« Le cadre de mon travail est la ville, ses rues, ses murs, et le regard de ceux qui l’habitent. J’utilise la rue et l’environnement public comme une toile, cherchant à proposer aux passants des fenêtres imaginatives et colorées. Je marque mes parcours dans l’espace urbain.

Je cherche à participer à la naissance et à l’échange d’une culture de proximité. Il s’agit avant tout de rendre « beau » l’environnement que je traverse ; en utilisant les moyens que je prends, ou que l’on me donne. Lassé par l’individualisme du graffiti, je cherche depuis plusieurs années à développer une idée fédératrice et positive.

Depuis ce jour, ma principale activité est de peindre des sourires jaunes. Des centaines de chats sont nés sur les toits des capitales européennes, situés à des emplacements visibles du plus grand nombre. Ils assurent un réseau d’optimisme international. »

Nelio

Nelio artist Lyon rue du paradis performance art geometry IMG_1770 copy

Nelio, avec sa culture issue du graphisme et du graffiti, développe un style géométrique similaire à l’esthétique Constructiviste et Suprematiste. Il préfère la peinture de rue à l’atelier, particulièrement dans les endroits abandonnés, dans lesquels il crée des oeuvres in-situ qui complètent les formes architecturales, les textures et atmosphères, pour établir un dialogue et transformer l’espace. Il explique ici à Streetartparis.fr son développement artistique et les différentes techniques utilisées pour créer de nouvelles oeuvres. Nous sommes sortis avec lui pour peindre cette œuvre et il nous a parlé de son évolution artistique et des différentes techniques pour développer de nouvelles œuvres.

nelio.fr

Louis Masai

London street artist Louis Masai coralRue de la Fidélité, Paris 10.

La conférence des Nations Unies sur le climat ou COP21 s’est passé à Paris. Basé à Londres l’artiste Louis Masai est venu faire la promotion de la prise de conscience de la dégradation de nos récifs coralliens en peignant de beaux cœurs de corail à l’intérieur de la gare Montparnasse et sur les murs dans les 11e et 10e arrondissements.

louismasai.com

Retour en haut