« Je veux me déplacer en vélo ! » HOPNN, un artiste de street art italien

by Ludovica Giulianini on April 23, 2013

HOPNN Paris street art belleville rue denoyez - bike art  Photo : Ludovica Giulianini copyright 2013 - Underground Paris

En se promenant dans une ville,  personne ne fait vraiment attention aux murs qui les entourent. C’est probablement l’effet de l’ubiquité de la publicité, on est assailli d’images, quel que soit le lieu où l’on se déplace. Pourtant, si ce qui se trouve sur les murs se trouve être la représentation d’un homme mangeant une voiture en forme de tube de rouge à lèvres, on ne peut que le remarquer.

Les interventions artistiques dans la rue de Yuri (aka HOPNN – YURI en Alphabet cyrillique), un artiste italien qui vient de s’installer à Paris, sont composées de personnages oniriques peints en blanc et rouge, caractérisés par la présence de vélos comme élément principal « sacré » de sa production.

HOPNN s’est inspiré des cyclistes à Rome – si vous vous êtes déjà rendu dans cette ville, vous savez que c’est une ville souffrant les embouteillages.

Ludovica Giulianini, une reportrice pour Underground Paris, a rencontré HOPNN un weekend alors qu’il repeignait un mur de la rue Dénoyez à Paris dans le 20ème arrondissement et nous fait part de leur échange (et de la photo de son vélo et ses traces de peinture !).

HOPNN street art Paris - bike art (4) Photo : Ludovica Giulianini

Photo: Ludovica Giulianini © 2013

« Grandir dans un petit village n’est pas facile, il n’y a rien à faire. Le graffiti est l’une des seules occupations pour les jeunes là-bas, et c’est comme ça que j’ai commencé, à l’âge de 15 ans. Passer du graffiti au street art a été une transition naturelle, notamment  par le biais de mes études aux beaux-arts de Rome. »

« Quand j’habitais dans ma ville natale, à Chiaravalle (dans le centre Est de l’Italie), je me déplaçais toujours en vélo. Quand je suis arrivé à Rome, j’ai rapidement compris que ça ne serait pas si facile, peut-être même de l’ordre d’un sport extrême. J’adorais participer aux événements publics à Rome ; j’aimais le fait que, durant ces balades, c’étaient les vélos et non les voitures qui créaient des embouteillages. »

HOPNN street art Paris Belleville rue Denoyez Photo : Ludovica Giulianini copyright 2013 - Underground Paris

Photo: Ludovica Giulianini © 2013

HOPNN street art Paris - bike art (2) Photo : Ludovica Giulianini copyright 2013

Photo: Ludovica Giulianini © 2013

Yuri me dit que de peindre des vélos est devenu un message politique à ses yeux. Même si, aujourd’hui, « le vélo est devenu quelque chose de plus abstrait dans mon travail ; les vélos me permettent d’aborder d’autres thèmes, pas simplement pour encourager les gens à s’en servir comme moyen de transport. Pourtant, un jour, alors que je peignais un mur, un inconnu m’a abordé, et reconnaissant mon travail, il m’a confié qu’il avait commencé à utiliser ce mode de transport après avoir vu mes affiches dans la rue. C’était une joie et une vraie victoire. »

HOPNN Yuri street art entretien-graffiti-paris-HOPNN street art rome - Photo par HOPNN

 Photo: HOPNN.com ©

HOPNN street art Paris bike art (7) Photo: Demian Smith copyright 2013

Photo: Demian Smith © 2013

« A Paris, les gens sont plus attentifs aux cyclistes et aux piétons qu’à Rome ». Il aime peindre dans les rues de Paris : “il y a des lieux où c’est autorisé, et coller des affiches est également toléré. Le seul problème, c’est que le recyclage des œuvres est intense, et le travail des uns est rapidement recouvert par d’autres”. Mais ça fait partie du jeu, tant qu’il peut continuer à peindre…

HOPNN street art Paris bike art (5) Photo : Ludovica Giulianini

Photo: Ludovica Giulianini © 2013

HOPNN street art Paris - bike art (8)

  Photo:  HOPNN.com ©

Si vous souhaitez rencontrer Yuri à Paris, prenez part aux cours de l’Académie des Beaux-Arts, car il travaille à temps partiel en tant que modèle (c’est l’homme nu au milieu de la pièce si ça n’était pas clair!).

Yuri s’attelle à inventer une voiture à pédales (j’imagine quelque chose de similaire à la voiture des Pierrafeux!).

HOPNN street art Paris - bike art (9)

  Photo: HOPNN.com ©

HOPNN street art Paris - bike art (10)

  Photo: HOPNN.com ©

———–

Le site de HOPNN, ici.

———–

Fernanda Hinke s’intéresse également au déplacement en vélo dans Paris, mais d’un point journalistique. Plus de détails sur son blog, My Life on My Bike, ici.

Previous post:

Next post: