zezao brasil street art pixacao flop underground sewers (2)

J’ai récemment visité l’atelier à Sao Paulo de Zezão , un Street artiste brésilien qui s’est fait la main dans les territoires de Pixação scène dans les limites de la ville. Par le passé, il est intervenu dans des espaces paupérisés et à l’abandon tels que les égouts de la mégalopole, à un moment u il souffrait de dépression.

Le Flop, sa célèbre signature, des formes organiques bleu clair, contraste avec ces endroits peu chaleureux , et lui donnent un peu de vie et un sentiment de pureté.

Artiste engagé, soucieux de l’exclusion sociale, et pourtant très attaché à ses racines dans l’univers pauvre de la banlieue de Sao Paulo, Zezão à recueillit un SDF toxicomane l’année dernière, et lui a donne une possibilité de réhabilitation : la possibilité de travailler et d’apprendre à produire de l’art.

Depuis que ses Flops ont été découverts par les médias en 2003, Zezão a exposé son travail à New-York, Londres et Paris, parmi d’autres villes. Actif sur la scène graffiti, il produit également des photographies, des installations et des vidéos d’art.


zezao brasil street art pixacao flop underground sewers (3)

Photos: Zezao’s Flickr 

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers (1)

Photo: Zezao’s Flickr 

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers . Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers (17)

Photo: Zezao’s Flickr 

 

Présentes-toi :
J’ai commencé à faire du graffiti en 1995, à un moment où cette pratique était encore marginale. Mais auparavant, alors skateur, je faisais des « Pixação » ( une forme de graffiti née à São Paulo ), et j’ai toujours appartenu aux mouvements urbains. Je viens de la troisième génération de graffeurs au Brésil, juste après la seconde génération avec les artistes Os GêmeosSpeto et Binho..

Peux-tu nous expliquer le concept du ‘Flop » ?

Le Flop provient du flow-up et du mot vicieux. C’est mon logotype. Une forme bleue, abstraite et organique avec des influences tribales, que j’utilisais pour contraster avec les territoires inhospitaliers dans lesquels j’intervenais.

 

Pourquoi as-tu commencé à travailler dans les égouts ?

Le graffiti, c’est le reflet de ma vie. J’ai grandi en banlieue. Je n’ai pas vraiment fait d’études. J’ai perdu mes parents alors que j’étais adolescent, et je travaillais en tant que coursier. Je n’avais pas eu beaucoup de chance dans ma vie.

Dans les années 1990, il y avait beaucoup de répression policière au sein de Sao Paulo. En 1998, j’ai commencé à peindre à Moinho Matarazzo ( c’est aujourd’hui devenu une favela), pour m’éloigner au plus de la répression.

Plus tard, j’ai décidé de travailler dans les égouts. J’étais déprimé, et l’endroit était déprimant, l’art me servait de thérapie. Ces endroits sales étaient parfais pour me tenir à l’écart du monde et de la répression. Je me suis fermé au monde et c’est à ce moment que j’ai le plus réfléchit sur ma vie et sur ma condition. Tout s’entremêlait. J’étais vraiment très déprimé à l’époque où je me suis retrouvé dans les égouts. Mais je n’étais pas assez courageux pour me suicider, et je me suis dit : c’est très risqué d’être ici, on pourrait me tuer. Ce trou pullulait de rats et de cafards, mais l’art m’a sauvé. Dans l’obscurité, j’ai trouvé mon chemin.

 

Tu travaillais dans des endroits cachés, comment as-tu été découvert ?
En 2003, j’ai posé ma première image de graffiti sur Fotolog, je montrais aux gens : c’est ça mes graffitis! Les gens ont commencé à me demander où les trouver, et je me moquais en leur disant « juste sous tes pieds ». Quand les médias ont découvert ce que je faisais, j’ai dû m’expliquer. A ce moment, J’ai compris que mon travail pouvait avoir un impact sur la société. J’ai décidé de devenir un « agent » même si je devais opérer de façon transgressive, mais je voulais agir dans et pour ma ville. Je leur ai montré que mon message était pacifique. Je veux être le Robin des Bois de l’art. Je vais amener l’art à ceux qui ne savent ce que c’est.

 

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

Photos: Fernanda Hinke copyright 2013

Qu’a changé le fait d’être découvert par les médias ?
Après cette expérience dans les égouts, j’ai ressenti le besoin de sortir hors de ces murs et d’essayer autre chose, sans pourtant avoir l’ambition d’être un artiste. Je m’intéressais au pinceau, à la peinture au graffiti, aux installations, la vidéo, l’écriture. Je ne voulais pas tomber dans une routine. Le graff fait partie de moi, rien n’est comparable à la synergie de la rue, la performance et les risques. Mais j’ai décidé de faire quelque chose de nouveau.

Plus tard, j’ai rencontré Mariana Martins, la directrice de Choque Cultural, la première galerie spécialisée dans le Street Art au Brésil, qui essayait d’introduire des rebelles comme Os Gêmeos, Speto et d’autres au marché de l’art.

En 2004, j’ai eu une première opportunité de montrer mon travail dans une galerie, de vendre, mais je n’utilise pas de toile, j’ai toujours peint sur des supports trouvés dans la rue.
J’ai mes propres opinions. Mes racines étaient très marginalisantes, et aujourd’hui je navigue dans l’océan de l’art. Mais je sais faire le pont entre ces deux mondes.
Pour moi, le graffiti n’aura jamais sa place sur un support toile ou dans un musée.

 

Quel équilibre as-tu trouvé entre une pratique d’atelier et la rue ?

J’ai 41 ans. Je réfléchis à ma vie et c’est incroyable. Je côtoyais des voyous et aujourd’hui, je fréquente des gens dans la norme. Ca faisait déjà un moment que c’était devenu une niche dans l’art contemporain, mais je respecte toujours la rue et les “maloqueiragem”. Je ne vais pas mordre la main qui me nourrit. Je ne veux pas peindre sur toile, la rue est toujours très présente dans mon travail et je peux voyager et on me propose de bonnes conditions pour l’aspect commercial de mon travail. J’aime mon atelier et j’aime tout autant la rue.

Le Pixação et le graffiti, c’est la même chose pour toi ?

En ce moment, il y a beaucoup de polémiques quant à la différence entre le Pixação et le graffiti. Pour moi, les différences sont surtout esthétiques. Le Pixação et le graffiti parlent chacun de la pureté de la transgression, du vandalisme et d’art révolutionnaire. Les deux cassent les codes de mouvements plus classiques. Bon an mal an, ce sont des démarches illégales et des modes d’expression libre et explicites, parfois il se dégage une beauté et parlent de paix, parfois ce sont des monstres et portent des messages très agressifs. Conceptuellement, le graff et le pixação sont la même chose.

 

Parles-moi de Índio, le SDF que tu as « adopté ».
C’est un moment très important de ma vie en termes de réflexions sur les valeurs. J’ai proposé à Índio, un ancien SDF toxicomane de travailler avec moi. J’explore à nouveau les concepts dans mon travail, je collectionnais auparavant des ordures. Je vivais dans une favela et aujourd’hui, j’accueille quelqu’un qui vient de Cracolândia, un maloqueiragem (ndlr : quelqu’un qui vient de la rue). J’ai grandi avec cette bande de voyous.
Il me ramène des ordures. Quand je lui ai dit que j’avais besoin de têtes de lit, il en a trouvé plus de 30. Il reçoit une commission sur chaque pièce que je vends. Notre collaboration est la fois humaine et spirituelle. On s’aide mutuellement.
C’est bizarre, j’ai des préjugés sur les gens qui n’ont pas de compassion. Ok, quand je travaillais dans les égouts, c’était normal que les gens m’évitaient. Personne ne veut s’approcher des égouts. Aujourd’hui, des années plus tard, je veux adopter quelqu’un qui vient de la rue, et je veux faire de lui un artiste, et pourtant les gens ont des préjugés? C’est le vrai Zezão. C’est l’essence de mon travail, et je ne vais pas leur lancer la première pierre. J’ai des sentiments très forts pour ces gens. C’est ma façon à moi d’être un maloqueiro.

Certains des street artistes qui exposent dans les galeries, musées, les institutions, ont perdu leurs racines underground et leur pureté. Je ne dirais pas que c’est une posture décadente, au contraire, je vois ça comme une évolution. Aux yeux de la société conservatrice, on était des marginaux, maintenant on vend des toiles pour 30,000 reals. Avant, on était des marginaux, maintenant, on est apprécié. Ce n’est pas mon cas, et même si cela peut porter atteinte à ma carrière d’artiste, je ne vais pas changer d’éthique et ce que je suis. J’ai envie de gifler tous ces faux-semblants.
Índio (sur la gauche) et Zezão, dans son atelier à São Paulo

 

zezao brasil street art pixacao flop underground sewers Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

Índio (on the left) and Zezão, at his studio in São Paulo

Photo: Fernanda Hinke copyright 2013

————–

Zezão expose en ce moment au Brésil à la galerie Athena Contemporânea , Rio de Janeiro.
En mai, Zezão se rendra à Londres sur une invitation de Cedar Lewisohn, anciennement commissaire d’exposition à la Tate Modern.

D’autres projets futurs incluent sa participation à ‘Living With Water’ à Hamburg afin de collecter des dons pour des projets environnementaux dans des pays en voie de développement.

Il interviendra également à Bales et Frankfort avec, entre autres, les artistes Os Gêmeos, Nunca and Speto.

Pour plus d’information sur Zezão,  cliquer ici.

« Je veux me déplacer en vélo ! » HOPNN, un artiste de street art italien.

Interviews @fr

En se promenant dans une ville,  personne ne paie vraiment attention aux murs qui les entourent. C’est probablement l’effet de l’ubiquité de la publicité, on est assailli d’images, quel que soit où l’on se déplace. Pourtant, si ce qui se trouve sur les murs se trouve être la présentation d’un homme mangeant une voiture en [...]

Read the full article …

Le « vortex de couleurs dansantes » de David au Walker sur le M.U.R.

Le M.U.R. @fr

David Walker, artiste urbain basé à Berlin, est une figure incontournable des rues de Berlin et Londres, et c’est le dernier artiste en date à avoir été invité par l’association le M.U.R. Il a crée l’un de ses portraits fragiles, sa signature artistique. Ludovica Giulianini nous parle du véritable art de Walker. Sur les 140 [...]

Read the full article …

Sydney X Paris : ZAP et Jumbo décorent les 11e et les 20e arrondissements

Interviews @fr

En remontant la rue Dénoyez, je rencontre deux artistes, ZAP et JUMBO (Sydney) qui recherchent des endroits pour peindre. Je leur propose une ballade à travers Belleville, Ménilmontant et Oberkampf et leur indique les lieux les plus intéressants. Et on se sépare. Le lendemain, je passe par l’un de ces lieux et y trouve JUMBO [...]

Read the full article …

L’artiste polymorphe Roti et son art démoniaque

Interviews @fr

Peintre, tailleur de pierre, sculpteur, tatoueur, lithographe. Les artistes polymorphes de la carrure de Roti sont rares de nos jours. C’est évidemment enrichissant pour le Street Art, mais cela rend la tache difficile pour un journaliste. Il est difficile de parler de son travail, et presque impossible de savoir où et par quoi commencer entre [...]

Read the full article …

Keith Haring, le Speedy Graphito New-yorkais

Expos

New York, 1978. Keith Haring, alors étudiant, débarque dans la ville considérée comme le berceau du graffiti. Il est emballé par les tags, les dubs, les « chef-d’oeuvre » des parkings ; en somme l’énergie frénétique de ce mouvement d’art illicite. Des années plus tard, Haring, influencé par cette esthétique des parkings intervient sur ce même mur qui [...]

Read the full article …

Interview avec l’artiste graffiti français SAMBRE

Interviews @fr
SAMBRE - Le MUR xiii - Paris graffuturism street art - Photo by Jeanne-Marie Laurent

SAMBRE fait aujourd’hui partie des street artistes français les plus en vue, en particulier grâce à ses créations en bois réalisées en volume, un support de travail qui lui vient de son enfance, ayant grandi dans une ferme d’Ardèche. Membre actif de la scène graffiti parisienne, il allie cette pratique artistique atypique à son parcours [...]

Read the full article …

Mygalo 2000, et la calaveras de Posada et un ensemble de Paris camion graffiti

Interviews @fr
Paris street art Mygalo 2000 interview graffiti crâne art - José Guadalupe Posada. Photo: Mygalo

Il ne s’agit pas ici de pas de street art, comme on l’entend au sens habituel mais de « truck graffiti » – comprenez « graffiti sur camion ». Ces camions qui arpentent Paris sont devenus un nouveau support d’expression : des squelettes, des crânes, y apparaissent, visuellement associés au graffiti mais porteurs de messages liés à la mort, à [...]

Read the full article …

Expo éphémère par artistes d’une quinzaine de nationalités

Expos
La Tour Paris 13 street art exposition

Paris, 13ème arrondissement. 1 tour, 9 étages, 100 artistes. Ce sont ces quelques chiffres qui nous introduisent dans l’aventure de la Tour 13. Pari lancé par le galleriste Mehdi Ben Cheikh, gérant de la galerie parisienne Itinerrance, la Tour 13 est un ancien immeuble d’habitations destiné à être détruit dans moins d’un mois. Avant cette [...]

Read the full article …

(Divine) intervention street art d’une église collée sur une église

collage street art église Notre Dame de la Croix Ménilmontant Paris Belleville

Quand le street art s’affiche sur un bâtiment délabré abandonné, très bien. Mais quand le street art se fait sur l’escalier monumental d’une église néo-romano-gothique du XIXe siècle, dans un quartier de la classe ouvrière, c’est quoi ce b*#!. En voyant une illustration collée sur parvis de Notre-Dame-de-la-Croix à Ménilmontant, dans un premier temps, je [...]

Read the full article …